Port du masque sanitaire : gare au relâchement

Publié le 02/06/2021 10:12

Durée de la vidéo : 1 min.

France 2

Article rédigé par

M. Frey, S. Compan, E. Zini, L. Boffet, E. Pirosa –

France 2

France Télévisions

Alors que la moitié de la population adulte a reçu une première dose du vaccin contre le coronavirus, un relâchement des gestes barrières est constaté, notamment le port du masque.

Porté sous le nez ou le menton, pendant autour du cou ou tenu en main, dans les rues de Toulouse (Haute-Garonne), le masque sanitaire se fait discret. Il semble même de moins en moins supporté. « Je suis pour qu’on garde le masque, mais qu’on puisse le retirer de temps en temps, le temps de respirer un petit peu », témoigne une femme.

Obligatoire depuis le 20 juillet 2020, le masque, accessoire incontournable de la pandémie de Covid-19, est devenu un réflexe, une habitude dans les lieux clos ou les transports. Mais dans les rues ou sur les plages de Marseille (Bouches-du-Rhône), il semble absent et déjà appartenir au passé. Un relâchement compris par Michèle Rubirola, l’adjointe au maire en charge de la santé : « Quand on est seul sur la plage, porter un masque n’est pas évident ». Emmanuel Macron avait prévenu fin mai qu’il faudra attendre fin juin pour ne plus porter le masque en extérieur. 

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien