Après l’assassinat du président Jovenel Moïse, Haïti décrète l’état de siège

Mercredi 7 juillet, le Premier ministre sortant du pays des Caraïbes, Claude Joseph, a décrété l’état de siège suite à l’assassinat du président Jovenel Moïse, en pleine nuit, dans sa résidence privée.

“Étant le chef du gouvernement toujours en fonction, j’ai réuni ce matin le Conseil supérieur de la Police nationale. Dans la stricte application de l’article 149 de la Constitution, je viens tout juste de présider un conseil des ministres extraordinaire où nous avons décidé de déclarer l’état de siège sur tout le pays.” Cette déclaration, relayée notamment par le site du grand quotidien du pays, Le Nouvelliste a été faite mercredi matin par le premier ministre haïtien par intérim, Claude Joseph, et désormais… président “de facto”.

Claude Joseph, poursuit le quotidien de Port-au-Prince, a tenu par la même occasion à “rassurer la population sur le fait que la situation est sous contrôle tout en appelant au calme”.

Des déclarations qui semblent nécessaires tant la situation est tendue dans le pays des Caraïbes, suite à l’assassinat du président Jovenel Moïse, tué dans la nuit de mardi à mercredi, dans sa résidence privée – et donc supposée protégée.

Cependant Le Nouvelliste s’interroge : “Le Dr Claude Joseph n’a pas donné des explications sur les implications de l’état de siège.”

Quoi qu’il en soit, l’évocation de l’article 149 par le Premier ministre sortant signifie une chose très claire : Claude Joseph est désormais à la tête de l’État haïtien. En effet cet article de la constitution stipule que :

En cas de vacance de la Présidence de la République soit par démission, destitution, décès […], le Conseil des ministres, sous la présidence du Premier Ministre, exerce le pouvoir exécutif jusqu’à l’élection d’un autre Président.”

Pour rappel, dans un contexte politique extrêmement tendu depuis plusieurs mois Jovenel Moïse avait décidé récemment de nommer un nouveau premier ministre, en remplacement de Claude Joseph. Un replacement qui n’aura pas lieu donc.

Néanmoins, la transition de pouvoir et d’ores et déjà lancée, et Claude Joseph a tenu à faire un appel explicite pour que celle-ci ait lieu dans le calme :

Nous demandons à toutes les forces vives du pays de nous accompagner dans la continuité de l’État et éviter au pays de sombrer dans le chaos.”

Selon la version officielle de Claude Joseph, désormais président “de facto”, Jovenel Moïse a été victime “d’un groupe de personnes qui s’exprimait en anglais et en espagnol armé d’armes de guerre”.

Source

Fondé en 1898, sous le titre originel Le Matin, le plus ancien journal francophone des Amériques est devenu un an plus tard Le Nouvelliste. Quelques années passent, puis il est racheté par l’imprimeur Henri Chauvet, dont la famille

[…]

Lire la suite