​TikTok dépasse Facebook à la tête des applis les plus téléchargées du monde

Dans la course aux réseaux sociaux, le géant américain Facebook cède la première place mondiale des applications les plus téléchargées sur mobiles à TikTok, propriété du chinois ByteDance.
 

Facebook n’est plus le numéro un des réseaux sociaux sur mobiles dans le monde. “Une étude mondiale sur les téléchargements [mobiles] montre qu’en 2020, TikTok, application de partage de vidéos développée en Chine, est tête de liste des plateformes de réseaux sociaux pour la première fois”, note Nikkei Asia.

Signe que les “gens se préoccupent plus de leur vie privée”, l’application de messagerie cryptée Telegram est également bien placée, à la septième place du classement établi par App Annie, société internationale d’analyse des données mobiles, “au cours d’une année où l’usage des réseaux sociaux a été porté par la pandémie”.

L’effet pandémie

TikTok, lancé en 2017 par l’éditeur chinois ByteDance, dépasse désormais non seulement Facebook, mais aussi WhatsApp, Instagram et Messenger, tous propriété de Facebook, et ce “même aux États-Unis”, souligne le média japonais. Ni les préoccupations concernant la protection de la vie privée de ses jeunes utilisateurs, ni les attaques répétées de l’ancien président américain Donald Trump ne l’ont empêché de gagner encore en visibilité.

Pendant la pandémie, “TikTok est devenue l’application la plus téléchargée en Europe, en Amérique du Sud et aux États-Unis”.

Cependant, si Joe Biden est revenu sur le bannissement imposé par Donald Trump à l’application préférée des plus jeunes, le leadership de TikTok pourrait ne pas durer. Likee, une plateforme chinoise concurrente, très utilisée par les entreprises pour le marketing grâce à ses courtes vidéos, accède à la huitième place mondiale. Quant à la messagerie audio Discord, elle se hisse à la septième place aux États-Unis et à la neuvième au Japon, bénéficiant à plein des mesures de confinement. “L’application, populaire auprès des joueurs pour discuter pendant les parties en ligne, a été financée par le groupe Sony”, rappelle Nikkei Asia.

La Chine, où de nombreuses plateformes étrangères sont interdites, se distingue : “Les applications nationales dominent le marché.” Les dix premières sont chinoises, trois d’entre elles sont destinées à la publication de courtes vidéos (dont Douyin, la version chinoise de TikTok).

Source

Connu sous le nom de Nikkei Asian Review jusqu’en septembre 2020, le magazine Nikkei Asia conserve la même ligne éditoriale. Une couverture rigoureuse de l’Asie qui souligne l’intérêt du groupe japonais Nikkei sur la

[…]

Lire la suite