dès lundi, le pass partout

C’est un quasi sans faute pour le chef de l’État et le Premier ministre. Jeudi 5 août, le Conseil constitutionnel a, en effet, validé la grande majorité de la loi relative à la gestion de la crise sanitaire. Adoptée par le Parlement le 25 juillet pour tenter d’endiguer une quatrième vague de contaminations, elle était pourtant loin de faire l’unanimité.Pour mémoire, 74 députés, principalement issus des bancs de la gauche, et une centaine de sénateurs avaient saisi les Sages pour dénoncer un arsenal liberticide et inadapté à la situation. À l’arrivée, le Conseil constitutionnel a, lui, jugé « que les dispositions contestées opèrent une conciliation équilibrée entre les exigences constitutionnelles ». En conséquence, et alors que le nombre d’hospitalisations continue…