En Afghanistan, il faut aussi protéger ceux qui nous informent

Alors que l’Allemagne continue d’évacuer ses ressortissants d’Afghanistan, plusieurs médias allemands appellent leur pays à venir en aide aux journalistes et traducteurs locaux, eux aussi menacés par l’avancée des Talibans.

“Cette lettre est un appel à l’aide”, écrivent plusieurs médias allemands, dont la Tageszeitung. Dans une pétition adressée à la chancelière Angela Merkel et au ministre des Affaires étrangères Heiko Maas, ils interpellent les autorités sur le sort des journalistes, traducteurs et fixeurs afghans.

“L’armée et les ONG ne sont pas les seuls à avoir fait appel à du personnel local, les médias aussi ont eu recours à leurs services pendant près de 20 ans”, explique le quotidien de gauche. “C’est pourquoi notre journal se joint à l’appel de nombreux groupes de presse et publications : l’Allemagne doit donner à tous ceux qui le souhaitent la possibilité de quitter le pays immédiatement et sans bureaucratie.”

Le pays a prévu d’évacuer près de 2 000 Afghans ayant travaillé pour l’armée et des ONG allemandes. Mais peu de journalistes sont concernés. Or, affirment les médias d’outre-Rhin dans leur lettre ouverte, “avec le retrait des troupes internationales – et notamment allemandes – la crainte de représailles des Talibans contre les salariés [des médias étrangers] augmente.”

Plusieurs dizaines d’entre eux ont été assassinés ces dernières années “par l’État islamique, par les Talibans, par des meurtriers toujours inconnus”, ajoutent-ils. Et la situation s’aggrave :

Vivre à Kaboul est devenu extrêmement risqué, particulièrement pour les employés des organisations de presse internationales.”

L’Allemagne, comme la France et d’autres pays européens, a accéléré les évacuations de ses ressortissants et de son personnel diplomatique ce week-end, alors que les Talibans approchaient de la capitale afghane. Angela Merkel a par ailleurs annoncé vouloir déployer plusieurs centaines de soldats de la Bundeswehr pour sécuriser les départs et mettre en place “un pont aérien” depuis l’aéroport de Kaboul.

Le projet, présenté dimanche soir devant les représentants parlementaires, doit encore être adopté par le conseil des ministres. Il sera ensuite examiné par les députés allemands lors d’une séance extraordinaire.

Source

Le journal alternatif Tageszeitung, ou Taz, est né en 1978 à Berlin-Ouest en réaction au terrorisme d’extrême gauche de la Fraction armée rouge (RAF). Il s’est imposé comme le quotidien de gauche des féministes, des

[…]

Lire la suite