Jadot demande à Macron de ne pas s’ériger en « grand communicant de la vaccination »

Aux yeux de l’eurodéputé, le président de la République ne peut être celui qui tente de convaincre les réfractaires à la vaccination en raison de « détestation » qu’il suscite

L’eurodéputé EELV Yannick Jadot a appelé lundi 23 août à Emmanuel Macron à ne pas se poser en « grand communicant de la vaccination », estimant que « ce n’est pas lui qui va convaincre » les réfractaires car il suscite de la « détestation ».

Yannick Jadot (@yjadot): « Comment Macron peut convaincre les Antillais de se faire vacciner quand lui-même contestait, il y a deux ans, le caractère cancérogène du chlordécone ? » pic.twitter.com/OPVJkOjwjH

— BFMTV (@BFMTV) August 23, 2021

« Il ne faut surtout pas que ce soit le président de la République qui s’autoproclame le grand communicant de la vaccination », a-t-il déclaré sur BFMTV. Et si le président américain Joe Biden peut se permettre d’endosser ce rôle, c’est seulement parce qu’il « ne cristallise pas dans la société autant de détestation » que le président Macron, selon Yannick Jadot.

« Il y a plein de personnes qui doutent », a relevé le candidat à la primaire écologiste, mais « ce n’est pas lui qui va les convaincre ». « Comment voulez-vous qu’il convainque les personnes de la Guadeloupe ou de la Martinique sur la vaccination quand il y a deux ans il contestait le caractère cancérogène du chlordécone », a-t-il notamment relevé.

Yannick Jadot a aussi estimé que le chef de l’État, à l’approche de la présidentielle, avait fait de la vaccination « un référendum pour ou contre lui ». Il en a donc appelé à la « responsabilité » d’Emmanuel Macron : « qu’il mette des malades, des médecins, des scientifiques pour communiquer sur la vaccination », a-t-il insisté.

De son côté, le secrétaire national d’Europe Écologie – Les Verts (EELV) Julien Bayou a étrillé la conduite de la politique sanitaire du gouvernement qu’il accuse de « semer la confusion ».

« L’annonce en précipité en plein de mois de juillet » de l’élargissement du pass sanitaire « a jeté beaucoup de désorganisation, de stress pour beaucoup de monde », a-t-il plaidé sur Franceinfo.

Concernant la rentrée scolaire, le conseiller régional d’Île-de-France a déploré avoir « perdu 4 mois pour équiper les bâtiments scolaires » en purificateurs d’air et capteurs de CO2. Et ces derniers « sont à la charge des mairies », a-t-il regretté, « ce qui signifie que selon que les mairies sont plus ou moins dotées, il y a une inégalité vis-à-vis de la santé ».