Ken Loach dit avoir été exclu du Parti travailliste

Ken Loach a annoncé avoir été exclu du Labour car il ne veut pas « désavouer ceux qui ont déjà été exclus », explique-t-il sur Twitter

Le cinéaste britannique Ken Loach, connu pour son engagement à gauche, a annoncé samedi 14 août avoir été exclu du Parti travailliste, dénonçant une « chasse aux sorcières » au sein du principal mouvement d’opposition au Royaume-Uni, en proie à de vives divisions entre direction centriste et aile gauche.

‘Labour HQ finally decided I’m not fit to be a member of their party, as I will not disown those already expelled. Well…’ KL

— Ken Loach & Sixteen Films (@KenLoachSixteen) August 14, 2021

Proche de la direction précédente

« La direction du Labour a fini par décider que je ne suis pas apte à être membre de leur parti car je ne veux pas désavouer ceux qui ont déjà été exclus », a écrit le réalisateur de 85 ans sur Twitter. De son côté, le Labour n’avait pas commenté samedi à la mi-journée.

Le cinéaste lauréat de la Palme d’or à Cannes en 2006 pour « Le vent se lève », était proche de la direction précédente du parti menée par le très à gauche Jeremy Corbyn, qui a attiré un grand nombre de jeunes militants mais n’a pas réussi à mener son mouvement à la victoire. Après la défaite historique subie par le parti aux législatives de 2019, ce dernier a été remplacé par le centriste Keir Starmer.

Des tensions annoncées au congrès

Après un rapport accablant dénonçant le « manque de volonté » de la direction du Labour de s’attaquer à l’antisémitisme dans ses rangs, Keir Starmer a suspendu son prédécesseur, qui en remettait en cause certaines conclusions, puis l’a exclu du groupe parlementaire.

Depuis, les tensions restent vives entre la direction, accusée de ne pas avoir de stratégie claire, et l’aile gauche, dont quatre mouvements ont été exclus le mois dernier car « non compatibles » avec les valeurs du Labour. « Je suis fier de me tenir aux côtés de mes bons amis et de mes camarades victimes de la purge », a déclaré Ken Loach samedi. « Starmer et sa clique ne dirigeront jamais un parti du peuple ».

Ces tensions annoncent un congrès annuel difficile le mois prochain pour Keir Starmer, qui espère donner un nouveau souffle à sa direction lors de l’événement après des débuts difficiles dans un contexte de pandémie de coronavirus.