la garde à vue de l’enseignante prolongée

Cassandre Fristot avait été interpellée lundi après avoir manifesté avec une pancarte antisémite. Sa garde à vue a été prolongée de 24 heures ce mardi

La garde à vue de l’enseignante interpellée lundi pour avoir brandi une pancarte antisémite dans une manifestation anti-pass sanitaire samedi à Metz a été prolongée de 24 heures, a indiqué mardi 10 août le parquet de Metz.

Tollé dans la classe politique

Cassandre Fristot, ancienne élue locale et ex-candidate FN aux législatives de 2012, a été interpellée lundi dans la commune d’Hombourg-Haut en Moselle et son domicile perquisitionné. Le parquet de Metz avait ouvert dimanche une enquête de flagrance sur cette « pancarte au message manifestement antisémite », selon la préfecture. Les noms de plusieurs responsables politiques, hommes d’affaires et intellectuels, dont la plupart sont juifs, y étaient ciblés.

La diffusion d’une photo de l’écriteau, brandi fièrement par son autrice, a suscité un tollé dans la classe politique et les organisations de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, avait dénoncé dimanche une pancarte « abjecte » et promis que ce geste ne resterait pas « impuni ». Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a lui annoncé qu’elle serait « suspendue en attendant les suites disciplinaires ».