Laurent Wauquiez renonce car « le moment n’est pas venu »

C’est sur Twitter que le président de la région Auvergne Rhône-Alpes a fait part de sa décision, jeudi 26 août

Le président Les Républicains (LR) de la région Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, a annoncé jeudi 26 août sur Twitter qu’il renonçait à se présenter à la présidentielle de 2022 pour « ne pas ajouter de la division à la division ».

Être candidat à l’élection présidentielle, c’est une décision que l’on prend non parce que l’on en a simplement envie, mais parce que c’est un moment où on se sent en situation de rassembler son camp et de réunir les Français. Je considère que pour moi ce moment n’est pas venu.

— Laurent Wauquiez (@laurentwauquiez) August 26, 2021

« Être candidat à l’élection présidentielle, c’est une décision que l’on prend non parce que l’on en a simplement envie, mais parce que c’est un moment où on se sent en situation de rassembler son camp et de réunir les Français. Je considère que pour moi ce moment n’est pas venu », a-t-il affirmé.

De plus « je ne veux pas ajouter de la division à la division », a-t-il ajouté, en soulignant que « les candidatures à la présidentielle à droite se multiplient de façon inquiétante », quelques heures après que le député LR des Alpes-Maritimes Éric Ciotti a annoncé qu’il serait candidat à une primaire de la droite et du centre. « Certains candidats expliquent même qu’ils se présenteront sans accepter de règle commune », a-t-il regretté, dans une allusion à Xavier Bertrand qui refuse de se soumettre à toute primaire.

« Œuvrer pour l’unité d’une candidature à droite »

Laurent Wauquiez, qui s’était astreint à une cure de silence médiatique depuis son départ de la tête des Républicains en 2019, à la suite de mauvais résultats aux élections européennes, l’a assuré : « La liberté que je prends aujourd’hui, je la mettrai au service de ce que je crois utile pour mon pays : d’abord, œuvrer pour l’unité d’une candidature à droite ; ensuite, veiller à ce que la droite assume clairement et fortement ses convictions ».

Pour l’instant trois candidats sont déclarés à une primaire de la droite, que Les Républicains se résoudront à organiser si personne ne se dégage d’ici là : Éric Ciotti, Valérie Pécresse (ex-LR) et le maire LR de la Garenne Colombes Philippe Juvin. À ces candidats pourraient s’ajouter Michel Barnier et Bruno Retailleau, qui devraient dévoiler leurs intentions prochainement.