Le président Ashraf Ghani tend la main aux talibans

En dépit de la colère et de l’indignation ressenties par une grande partie des Afghans face à la prise du contrôle du pays par les islamistes, le chef de l’État espère encore trouver une solution politique au retour des insurgés au pouvoir.

“Je sais que vous êtes préoccupés par votre présent et votre avenir, mais je vous assure, moi, votre président, que mon objectif est d’empêcher toute nouvelle instabilité, toute violence et tout déplacement de mon peuple.” C’est par ces mots que le président afghan a tenté, vendredi soir, de remobiliser son pays face à l’offensive éclair des talibans, rapporte Tolo News.

Alors que les insurgés sont aux portes de Kaboul et contrôlent maintenant plus des deux tiers du territoire (dont 20 des 34 chefs-lieux de province), Ashraf Ghani a annoncé dans un message vidéo enregistré qu’il venait d’entamer “de larges consultations au sein et à l’extérieur du gouvernement, avec les dirigeants politiques et les partenaires internationaux”, dans le but d’éviter un bain de sang.

Sa priorité numéro un ? “Remobiliser les forces de sécurité et de défense”, afin d’éviter que l’Afghanistan tombe à nouveau aux mains des islamistes, comme en 1996. “En l’espace de seulement une semaine, les talibans ont réussi à s’emparer de 18 capitales provinciales (…), après s’être emparés de plus de 200 districts depuis le 1er mai”, précise l’Afghanistan Times dans son édito du samedi 14 août, autrement dit depuis que le président américain Joe Biden a annoncé le retrait de ses troupes pour la fin du mois d’août.

Parcs de Kaboul remplis de déplacés

Le journal estime que l’administration Ghani “reste spectatrice des nouvelles pertes de terrain”, tandis que la population “ignore ce qui va lui arriver”. Parcs, rues et

[…]

Guillaume Delacroix