Ours Souchon, samedi soir aux Chaises musicales

J-3 avant l’ouverture du festival Les Chaises musicales. Nous poursuivons la présentation des artistes qui vont se produire durant les trois jours. Aujourd’hui, Ours, le dernier soir.

Il est un des deux fils d’Alain Souchain, de son prénom Charles, frère de Pierre. Toute la famille a travaillé sur le dernier album du père « Ames fifties » et lui, Ours, enfin Charles Kienast, sa vraie identité, né un Premier janvier, sort son quatrième album solo, le… 27 août normalement, la veille de sa prestation agenaise. Il pensait faire carrière dans le graphisme, s’étant inscrit dans une école d’arts appliqués. Remarquez, ça le suit toujours un peu, il continue à jouer avec de la pâte à modeler pour des films d’animations ou encore à dessiner façon « la Linéa » qui passait jadis à la télévision.

Et puis, baignant dans une famille de musicien – son frère Pierre s’est déjà lancé, avec le fils de Voulzy notamment – il finit par céder à l’appel des notes.

Universal, son label, dit de lui : « S’il semble évoluer vers un univers artistique doux-amer, faussement enfantin et dissimulant mal une réelle angoisse existentielle, un peu à l’image de la production paternelle, il réussit cependant à se définir lui-même avec un style qui emprunte à la fois à Mathieu Boogaerts, à Matthieu Chedid ou encore à un certain Alain Souchon dont l’ombre plane décidément sur les premières compositions de l’Ours. S’inspirant à la fois de la vie de tous les jours, des programmes télévisés ou même des slogans publicitaires pour y puiser l’inspiration (secouez-moi sinon la pulpe, elle reste en bas), Charles Souchon compose petit à petit un premier album, « Mi », qu’il rode en assurant la première partie de Zazie ou de Vanessa Paradis en 2007. » Puis un autre « El », et encore un « Pops », et finalement un quatrième « Mitsouko ». Le duo avec Lily Allen pour le titre « 22 » l’a considérablement aidé à se faire connaître au-delà des frontières françaises et francophones. Mais c’est surtout son « Jamais su danser » qui a fini de l’imposer dans la liste des chansons qui restent en tête toute une journée et mettent de bonne humeur : « Envoie, envoie tout, envoie tout valser… »

Il compose pour lui mais aussi pour de nombreux artistes de la scène française actuelle.

Le voilà donc sur la scène… agenaise cette fois, pour cette première édition des Chaises musicales, répartie sur trois journées et Ours sera, avec The Bodie, le samedi soir place de la mairie.

Le public sera assurément séduit par cet artiste bienveillant, généreux, rock et romantique à la fois, un peu farfelu juste ce qu’il faut et surtout bourré de talent. Réservez donc !

www.agen.fr/chaisesmusicales