Pallavi Barnwal, “sex coach” pour Indiens déboussolés

En Inde, la sexualité est un sujet tabou et les Indiens, quel que soit leur âge, se sentent très souvent démunis. Pallavi Barnwal a reçu une éducation très conservatrice qui lui permet de les comprendre. Et aujourd’hui, elle les aide.

En pourcentage de crimes sexuels, l’Inde est un des pires pays du monde, selon la World Population Review de 2020. En 2019, dernière année pour laquelle nous possédons des statistiques, 87 cas de viol étaient enregistrés chaque jour et plus de 100 cas d’abus sexuels sur des enfants. Dans un pays où la sexualité est un sujet tabou ou traité uniquement sous l’angle de la violence, tant dans les familles qu’à l’école, de plus en plus de gens se tournent vers Pallavi Barwal, qui se présente comme “coach sexuel”.

La jeune femme rappelle, sur le site de la BBC, qu’“en Inde l’éducation sexuelle ne fait pas partie des programmes obligatoires. Ce n’est qu’en 2018 que le ministère de la Santé et de la Famille a publiés des consignes d’éducation sexuelle pour les établissements scolaires. Mais plus d’une douzaine d’États sur les 29 que compte le pays ont choisi de les ignorer. Selon le Times of India, plus de la moitié des filles dans les campagnes ne savent pas ce que sont les règles ni ce qui les cause.”

Pallavi Barwal a longuement raconté son parcours à la BBC. Originaire du Bihar, l’État le plus pauvre du pays, situé dans l’est de l’Inde, elle a reçu une éducation à la fois très conventionnelle et très conservatrice. Marquée par des rumeurs au sujet d’une infidélité maternelle, elle a grandi sans oser poser de questions faute d’interlocuteurs. Sa nuit de noces a été un fiasco. Son mariage aussi. Divorcée et mère célibataire à l’âge de 32 ans, elle a enfin découvert la liberté sexuelle. Rapidement, les gens de son entourage lui ont posé des questions sur le sexe. Une chose la frappe dans ces discussions :

Trop souvent, les femmes indiennes ne pensent pas à l’intimité comme une source de plaisir sur laquelle elles ont un contrôle. Il y a tellement de silence et de honte autour de ce sujet que les jeunes sont parfois incapables d’identifier les abus sexuels quand ils en sont victimes.”

C’est pour cela que Pallavi Barwal a décidé de suivre une formation comme coach sexuel et neuro-linguistique et de proposer ses services via Instagram. Elle fait ensuite une conférence TED et choisi de s’habiller en sari, pour montrer que la sexualité ne concerne pas que les personnes occidentales ou occidentalisées. Elle reçoit depuis plus de 30 demandes d’aide tous les jours. Son credo : parler de sexe dès l’enfance, de façon appropriée, complète et sans tabou. “Les Indiens ne parlent pas de sexe – alors je les aide”, explique-t-elle.

Source

Le site Internet de la BBC a été créé en novembre 1997. En quelque cinq ans, il a publié un million et demi de pages web. Basé à Londres, il possède des bureaux régionaux à Glasgow, Belfast et Cardiff, et relaie les correspondants de la BBC partout

[…]

Lire la suite