ralentissement de la vaccination mais « effet rebond » attendu

Par Sudouest.fr avec AFP
Publié le 24/08/2021 à 17h17
Mis à jour le 24/08/2021 à 17h26

Lors de son point presse hebdomadaire sur la vaccination, le ministère de la Santé a donné des indications sur la campagne vaccinale en France, alors que la vaccination a ralenti la semaine dernière

La campagne de vaccination anti-Covid a ralenti la semaine passée mais la France devance désormais ses voisins pour les premières injections et le gouvernement prévoit un « effet rebond » cette semaine, a indiqué mardi 24 août le ministère de la Santé : « Il y a eu 3,1 millions d’injections sur la semaine écoulée, autant que la semaine précédente », a-t-il précisé lors du briefing hebdomadaire sur la vaccination.

« Des niveaux de couverture très élevés »

Force est donc de constater un « ralentissement de la demande qui se matérialise » sur la prise de rendez-vous de premières doses, a-t-on indiqué de même source. L’objectif officiel reste néanmoins d’atteindre 50 millions de primo-vaccinés « fin août ou les jours suivants », soit 86 % d’adultes protégés. Lundi soir, on dénombrait, selon le ministère, 47,6 millions de primo-vaccinés (70,6 % de la population totale). Le ministère a relativisé ce ralentissement dans son point de presse, soulignant qu’il est intervenu « sur les deux semaines du cœur de l’été » et dans un contexte où « la France a atteint des niveaux de couverture très élevés ».

« On a dépassé fin juillet l’Allemagne, en termes de primo-vaccinés, l’Italie depuis début août et rattrapé le Royaume-Uni depuis samedi », a expliqué un responsable, se réjouissant aussi que la France devance les États-Unis depuis mi-juillet et Israël depuis le 11 août. En outre, les autorités s’attendent à « un rebond cette semaine », selon le responsable qui a encouragé les non-vaccinés à se protéger « dans le contexte du variant Delta », beaucoup plus contagieux.

« 600 000 plus de 80 ans non-vaccinés »

Pour les 12/17 ans, il s’est réjoui d’une « couverture toujours très dynamique avec 2,9 millions de primo-vaccinés au 23 août, soit 58 % de cette classe d’âge », vaccinée seulement depuis la mi-juin. La campagne va « s’amplifier » avec des vaccinations prévues dès septembre en milieu scolaire, via des équipes mobiles envoyées dans les établissements ou des sorties scolaires vers les centres de vaccination.

La couverture des jeunes adultes continue aussi de bien progresser mais, selon le responsable, « on a encore des réservoirs importants : 2,7 millions de jeunes de 18 à 35 ans et 2,4 millions de 35/49 ans » non vaccinés. Tendance « dynamique » aussi pour les 80/89 ans avec plus de 85 % de primo-vaccinés, même s’il faut accroître encore, selon le responsable, la protection de cette tranche vulnérable et qui a pris du retard pour la vaccination.

« Il reste environ 600 000 plus de 80 ans non-vaccinés » et à peu près autant de porteurs de comorbidités ou de pathologies à risque, a dit le responsable, en soulignant le rôle de la médecine de ville (médecins et pharmaciens) pour les convaincre et les vacciner.

Depuis plusieurs semaines, l’idée d’une campagne de rappel était envisagée en France, confirmée encore ce lundi par Olivier Véran. Pour le ministre de la Santé, une troisième injection est indispensable pour les personnes les plus vulnérables parce que la protection « peut diminuer au fil des mois ».