Sud ou nord de la France, quelle est la meilleure destination pour les vacances ?

Ce journaliste voyageur britannique partage son goût des séjours en France. Mais un dilemme se présente à lui au moment de choisir sa destination estivale : comment choisir entre la partie méridionale et celle septentrionale du pays ?

Qu’attendons-nous de nos vacances en France (ou n’importe où, d’ailleurs) ? Après avoir beaucoup réfléchi, j’ai trouvé la réponse à cette question. Elle tient en quelques mots : bien manger, bien boire et passer de beaux moments. Certains de ces moments seront exceptionnels, d’autres reposants, mais ce sont eux qui feront de bonnes vacances. Deuxième question : maintenant que la France est redevenue une destination possible pour l’été, les conditions précédemment citées pour passer de bonnes vacances seront-elles plus facilement remplies dans le nord ou dans le sud du pays ? Une enquête s’impose. Si vous le voulez bien, examinons les faits.

Le Nord, pour les tempéraments exigeants qui ne se contentent pas de l’évidence.”

Grand avantage : vous serez arrivé à destination dès que vous aurez posé le pied à Calais. Et vous n’aurez pas à subir l’épreuve de la ruée vers le Sud, aussi dure pour les voitures que pour les nerfs et la paix des familles. De plus, la France est déjà belle à quelques minutes du port. La Côte d’Opale est ourlée de champs et de landes jusqu’aux caps Blanc-Nez et Gris-Nez. Les plages en contrebas sont quasiment infinies et les villes et villages, désarmants de modestie. Ici, comme dans tout le nord de la France, les gens sont heureux de vous voir. Si vous êtes seul dans un bar, ils viendront vous parler, même si vous êtes un vieux type sans rien de spécial comme moi.

Plus loin se trouve l’immense baie de Somme, véritable centre de transit pour les oiseaux en déplacement. La côte normande est un mélange de falaises, de stations balnéaires au charme rétro apparemment avides d’animation et de plaisanciers (comme Fécamp, Étretat, Granville) et de rappels militaires indispensables. Quant au littoral breton, il offre des escarpements rocheux qui satisferont le besoin de spectaculaire de la plupart des gens. Il a également une propension à égrener toute la gamme des conditions météorologiques dans la même journée, et c’est pourquoi les vrais Bretons sortent avec un coupe-vent en haut et un short en bas : ils parent ainsi à toute éventualité.

L’intérieur de la Bretagne est un pays de légendes : l’Ankou, la faucheuse locale, y côtoie le roi Arthur et quelques héros celtes passablement barrés. La Normandie est plus terre à terre, avec des paysages d’un vert profond agrémenté de nuages de crème où Pierre le facteur se sentirait comme chez lui.

Mais, me demanderez-vous, le nord de la France n’est-il pas fait uniquement de charbon et d’industries ? Absolument pas. Certes, il y a eu une activité minière et des usines dans cette région, et c’est l’une des raisons pour lesquelles nous, les Anglais du Nord, avons l’impression d’y être à la maison. Nous savons ce qui est vraiment important, et aussi que les choses n’ont pas besoin d’être belles pour être intéressantes. Les villes et villages miniers et les musées consacrés à l’extraction du charbon (comme ceux de Lewarde, près de Douai, ou de Petite-Rosselle, en Lorraine) sont des rappels historiques enrichissants pour tous, et le paysage qui les entoure dans les Ardennes ou le nord de la Lorraine est bucolique à souhait. Visitez la citadelle de Rodemack et la Moselle, et vous verrez.

Réminiscences du passé

Autre fait, et non des moindres, les montagnes des Vosges sont à portée de main. On entre là dans un monde de forêts et de châteaux perchés à l’image de la double culture et de la force de l’Alsace. Cette identité trouve sa plus belle expression dans la plaine alsacienne, où le mariage de la légèreté française et de la rigueur allemande a donné naissance à la ville la plus civilisée de France : Strasbourg [dans un autre article, Anthony Peregrine écrivait une ode à l’Alsace, et plus particulièrement à la ville de Colmar]. Si vous n’êtes pas conquis par ses canaux, ses maisons à colombages, sa cathédrale de grès rose avec sa flèche s’élevant vers le ciel et l’intense vie intellectuelle, religieuse et commerciale

[…]

Anthony Peregrine

Lire l’article original

Source

Atlantiste et antieuropéen sur le fond, pugnace et engagé sur la forme, c’est le grand journal conservateur de référence. Fondé en 1855, il est le dernier des quotidiens de qualité à ne pas avoir abandonné le grand format.
Son agenda est

[…]

Lire la suite