Basket-ball : le club d’Agen BC demande sa relégation pour « éviter d’aller dans le mur »

La fabuleuse saison sportive de l'Agen BC a certainement caché les difficultés incommensurables rencontrées par le club. L'ABC ne repartira pas en Nationale 2. Et se concentrera peut-être uniquement sur la formation. Explications d'un immense gâchis. 

Jusqu'au dernier moment, Jean-Louis Carnir, le président de l'Agen BC et une poignée d'irréductibles ont tout tenté. Rongés jusqu'au sang par leur implication sans faille, ils ne voulaient pas abandonner. 

Disons que alors de cette saison 2021-2022, l'Agen BC a retrouvé des couleurs. Portés par leur manager Fred Rocco, les Agenais ont terminé à une exceptionnelle quatrième place du championnat de France de Nationale 2. Il y avait des lustres que le club n'avait pas réussi pareille fête. 

Durant plusieurs appointement, cette équipe de dirigeants a entretenu la flamme portant aussi une qualité incontestable au niveau de la formation avec "200 jeunes répartis dans les différentes équipes". 

Tout s'effondre

Pourtant, la réalité est tout autre. Ce tableau de rêve dissimulait un désastre en construction. Comme un château de cartes. Tout s'est effondré en quelques jours. 

Aujourd'hui, c'est une certitude. L'Agen BC ne repartira pas en championnat de France de Nationale 2. Ni d'ailleurs en championnat de France tout court. "Nous avons essayé de construire quelque chose mais avec les départs de joueurs qui ont été corrects avec nous et confronté également à une augmentation galopante sur le marché des transferts, il n'est pas possible d'y parvenir", explique le président Carnir "plus 20 à 30 % pour avoir des joueurs. On est tombés de haut". Le club devait recruter quatre joueurs pour repartir en N2. 

maîtrisant son budget qui avoisinait les 250 000€ (et qui reste un des plus petits de N2), le club ne voulait "pas faire n'importe quoi". Le dirigeant agenais enchaîne : 

"Ajoutez à cela une certaine frilosité économique. Nous ne sommes pas parvenus à attirer de nouveaux partenaires. C'est un manque à gagner énorme". 

Un budget équilibré

Une situation qui a alerté les dirigeants abécistes pour envisager des "décisions difficiles à prendre". "On a fini la saison à l'équilibre bien qu'il manque des recettes sur le prévisionnel que nous avions établi. Les recettes public ne sont pas celles que nous souhaitions", reconnaît Jean-Louis Carnir. Autant de signaux d'alerte qui ont incité les dirigeants agenais à dire "stop". "On ne dépose pas le bilan et on ne voulait pas repartir pour planter le club", enchaîne-t-il. 

Une rencontre avec le maire

Pour l'heure, c'est encore le flou du côté de l'ABC. Ce vendredi 24 juin, l'ABC organise son assemblée générale et présentera la situation. "On va voir où on va repartir. Il n'est pas exclu peut-être de se concentrer uniquement sur la formation", persiste le président Carnir. Le club repartira peut-être au plus bas niveau avec une équipe. Tout sera acté dans les prochains jours. 

Une rencontre a été organisée, ce jeudi 23 juin, à la mairie d'Agen où le club a pu exposer sa situation critique. Dans les prochains jours, une autre entrevue est également programmée pour "étudier la suite et les accompagner" pour lancer une sortie de crise. 

Sans compter la lassitude de dirigeants bien trop peu nombreux pour faire tourner la machine. Ceux présents s'y épuisent la santé depuis des lustres. D'autres veulent passer la main. Le président Carnir assure qu'il "sera présent pour effectuer une saison de transition".

Un gros coup de palette pour l'Agen BC. Cela donne peu de relief et d'espoir à revoir très rapidement le basket agenais briller en haut de l'affiche. Quel gâchis !