Éditorial : La tête bien enfouie dans le sable