TechnologieRon Wayne, l'un des trois cofondateurs d'Apple, a revendu...

Ron Wayne, l’un des trois cofondateurs d’Apple, a revendu toutes ses parts craignant la faillite de l’entreprise

-

Ronald Wayne, l’un des trois co-fondateurs d’Apple. (MEDIANEWS GROUP/THE MERCURY NEWS / MEDIANEWS GROUP RM / GETTYIMAGES)

En général, pour qu’il y ait des perdants, il faut qu’il y ait des triomphes qui vous passent sous le nez et celui-ci est l’un des plus brillants de ces 50 dernières années. Nous sommes le 6 juillet 1981 et pour la première fois à la télévision française, les téléspectateurs entendent parler de Steve Jobs et d’Apple, l’entreprise qu’il a créé dans la Silicon Valley.

« Géographiquement, la Silicon Valley, c’est une énorme concentration d’entreprises de toutes tailles, propres, non polluantes, un peu futuristes d’aspect. » dit le journaliste. « Avec Steve Wozniak, on travaillait dans des sociétés d’électronique. Nous voulions utiliser un ordinateur individuel, ceux qui existaient à l’époque du moins. Mais on ne pouvait pas en acheter un, c’était trop cher alors on en a imaginé un. » souligne dans cette interview Steve Jobs.

Steve Jobs évoque Steve Wozniak comme cofondateur d’Apple en 1976 mais il oublie Ron Wayne. Et s’il n’a pas le génie informatique des deux Steve, il est là pour superviser la naissance de l’entreprise et en échange, il reçoit 10% des parts, selon le contrat signé le 1er avril 1976.

Ron Wayne prend une très mauvaise décision. Craignant l’échec d’Apple, il vend toutes ses parts 12 jours après la signature du contrat. 10% d’Apple soit 200 milliards de dollars.

A lire aussiSujets associés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Alicia von Rittberg, la plus allemande des reines Élisabeth

À l’affiche d’une nouvelle série consacrée à Élisabeth Ire juste avant son accession au trône en 1558, l’actrice allemande a marqué la hâte britannique. “The Times” dresse le portrait de celle-ci qui s’est prise de passion pour l’ère certains Tudors.

Emmanuel Macron en meeting pour faire décoller sa campagne

À huit jours du premier tour de...

Législatives : la justice classe sans suite le courrier de Rachida Dati mettant chez cause Le Gchezdre

La justice a classé sans suite ce courrier que lui avait adressé, en pceine campagne législative, l’élue parisienne Rachida Dati (LR) mettant en agent Gilces ce Gendre (LREM) dans des affaires de harc...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous