InternationalSe faire vacciner déguisé en crocodile, un acte politique...

Se faire vacciner déguisé en crocodile, un acte politique contre Bolsonaro

-

Le président brésilien avait mis en garde ses concitoyens contre de possibles effets secondaires des vaccins anti-Covid-19, leur disant qu’ils pourraient se transformer en crocodile. Pour se moquer de lui et dénoncer sa politique sanitaire, nombre de ses détracteurs se rendent dans les centres de vaccination déguisés.

Au pays du carnaval, une festivité suspendue depuis le début de la pandémie, l’engouement pour les déguisements semble trouver un nouveau souffle à la faveur de la campagne de vaccination contre le Covid-19. Nombreux sont en effet les Brésiliens à revêtir de drôles d’accoutrements pour recevoir une dose.

Passé l’amusement, leur objectif est politique. Ils entendent ainsi se moquer et critiquer le président Jair Bolsonaro, qui n’a eu de cesse de mettre en doute l’efficacité des vaccins et s’est longtemps montré peu concerné par la gravité de la pandémie qui, pour l’heure, a fait 547 000 victimes dans le pays.

Le déguisement le plus répandu est sans conteste le crocodile, référence aux propos tenus en décembre dernier par le dirigeant d’extrême droite sur une clause du contrat avec le laboratoire américain Pfizer. “Nous ne sommes pas responsables d’éventuels effets secondaires”, avait-il déclaré dans un discours, avant d’ajouter :

Si tu te transformes en crocodile, c’est ton problème.”

Estado de São Paulo, qui a consacré un article au sujet, liste d’autres “looks”, comme Zé Gotinha (“Joe la Gouttelette”), la traditionnelle mascotte brésilienne des campagnes de vaccination. On trouve également les t-shirts ornés de messages réclamant la destitution de Jair Bolsonaro ou rendant hommage au système public de santé et aux instituts de recherche brésiliens qui produisent des vaccins AstraZeneca et Coronavac.

Prendre cette séance de vaccination en photo “est bien sûr presque toujours la règle”. Les clichés sont ensuite postés sur les réseaux sociaux “accompagnés d’un hommage aux victimes”, d’une “célébration” d’avoir pu se faire vacciner ou “des critiques contre le gouvernement” et sa politique sanitaire, explique le journal. “Le moment de la vaccination est devenu une opportunité de réaffirmer ses prises de position” ou de montrer son “soulagement” et son espoir de voir la pandémie prendre fin.

Au 22 juillet, 44 % des Brésiliens avaient reçu une dose de vaccin, et 17,25 % étaient totalement immunisés, indique le site G1, du groupe Globo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

La maison individuelle, un « non-sens écologique » ? Des propos d’Emmanuelle Wargon font polémique

Par SudOuest.fr avec AFPPublié le 16/10/2021 à 8h08Mis à jour le 16/10/2021 à 9h09La ministre déléguée au Logement a...

le non-remplacement des enseignants dans les écoles exaspère les parents d’élèves

Près d’une soixantaine...Près d’une soixantaine de personnes ont répondu présentes à son appel pour protester contre le non-remplacement des...

Artigues et Floirac ne plongeront pas dans le grand bain

Une piscine publique n’est par nature pas rentable, mais la régie municipale...Une piscine publique n’est par nature pas rentable,...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous