MarseilleA Marseille, le parc national des calanques durcit le...

A Marseille, le parc national des calanques durcit le ton face à la surfréquentation maritime

-

« Outre la surfréquentation du plan d’eau et ses impacts sur le milieu marin », la mise en location illégale de navires représente « une concurrence déloyale pour les entreprises de location respectueuses de la réglementation », souligne la direction du parc.

Article rédigé par

Publié le 29/07/2021 19:50

Mis à jour le 29/07/2021 20:14

Temps de lecture : 1 min.

Il veut lutter contre la surfréquentation maritime des calanques près de Marseille. Le parc national a rappelé jeudi 29 juillet l’interdiction de ces sites naturels aux navires de location sans autorisation, qui s’exposent à des poursuites pénales en cas de contrôle. « Après un début de saison relativement calme (…) les eaux du parc national des calanques sont de nouveau très fréquentées depuis une dizaine de jours », explique dans un communiqué la direction. Elle met en cause « la présence importante de navires de location sans autorisation ».

La direction demande aux touristes de s’assurer avant toute location de bateau que le loueur professionnel possède bien « une vignette verte » certifiant son homologation et, dans le cas d’une location auprès d’un particulier, que ce dernier possède l’accusé de réception de sa déclaration de location auprès du parc national. « Outre la surfréquentation du plan d’eau et ses impacts sur le milieu marin », la mise en location illégale de navires représente « une concurrence déloyale pour les entreprises de location respectueuses de la réglementation », souligne la direction du parc. Par ailleurs, la location de particuliers à particuliers supprime « la plus-value d’un discours de sensibilisation par un professionnel de la mer sur les enjeux de sécurité et de préservation du site », fait-elle valoir, évoquant un encouragement aux « mauvaises pratiques : excès de vitesse, diffusion sonore ou mouillage sur les herbiers de Posidonie ».

Un renforcement des contrôles des navires par les agents du parc et les services de l’Etat sera mené durant tout l’été, conformément aux priorités fixées par le parquet de Marseille. « Les navires en infraction sont systématiquement contraints de quitter immédiatement le parc » et « leurs propriétaires, comme leur pilote, s’exposent à des poursuites pénales », rappelle la direction du parc.

Le délit d’activité commerciale non autorisée est passible « d’une amende pouvant aller jusqu’à 75 000 euros ». « Ces dernières semaines, des dizaines de locataires de bateau ont été sommés de quitter le parc national et cinq procédures ont été ouvertes. Les mis en cause seront prochainement traduits devant le tribunal de Marseille », affirme la même source.

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

comment Doctolib bouscule le secteur de la santé numérique

La plateforme Doctolib est devenue incontournable pour prendre un rendez-vous dans un centre de vaccination contre le Covid-19. (S?BASTIEN...

Leeds pourrait payer 6,17 millions de livres sterling quelques semaines après un développement majeur

Selon Sky Sports Germany, Leeds United sera contraint de payer au RB Leipzig trois versements de 6,17 millions de...

We Demain : le métavers comme insolite lieu de rencontres, la low-tech pour réinventer le futur

Ce sont presque deux visions du macrocosme qui s’affronte​nt sur le plateau du 23h​. D'un côté, la journaliste de We lendemain Armelle Oger et ​de l'autre, l’ingénieur Corentin de Chatelperron​. Entre rencontres amoureuses dans le métavers et la low-tech au service du futur. 

réunions politiques préliminaires en vue d’un nouveau gouvernement

Par Par SudOuest.fr avec AFPPublié le 27/07/2021 à 11h35Mis à jour le 27/07/2021 à 11h36Le nouveau Premier ministre libanais...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous