Politiquela crainte d’une « double peine » pour les plus pauvres

la crainte d’une « double peine » pour les plus pauvres

-

Le pass sanitaire risque d’accroître les inégalités entre les personnes les plus démunies, qui sont moins vaccinés, et le reste de la population

L’extension du pass sanitaire fait craindre à de nombreux acteurs sanitaires et sociaux qu’elle « exclue davantage » les plus démunis, déjà moins vaccinés que le reste de la population.

Dans l’entreprise et à l’école

Face à la flambée de l’épidémie de Covid-19, le pass sanitaire, déjà obligatoire depuis le 21 juillet dans les lieux culturels et de loisirs, doit être étendu dès lundi aux cafés, restaurants, trains grandes lignes et vols intérieurs, ainsi qu’aux patients non urgents et visiteurs dans les établissements de santé et maisons de retraite. Sous réserve de la décision attendue jeudi du Conseil constitutionnel saisi par Matignon et des députés de gauche. Ces derniers contestent une généralisation « disproportionnée » du pass, marquant « plusieurs ruptures du principe d’égalité ».

Pour le député communiste de Seine-Saint-Denis, Stéphane Peu, « le pass sanitaire risque d’exclure davantage ». Au sein des entreprises, où « la loi introduit également dans le code du travail une différenciation entre les salariés en CDD ou intérimaires et les autres, avec une menace de perte sèche d’emploi » en cas de non-vaccination.

Également à l’école avec un nouveau protocole sanitaire qui va « accroître encore un peu plus les inégalités sociales », seuls les collégiens et lycéens non-vaccinés devant suivre les cours à distance si un cas de Covid était détecté dans leur classe.

Fracture vaccinale

« La Seine-Saint-Denis est le département le plus contaminé et le moins vacciné, pas parce qu’il y a plus d’antivax mais tout simplement parce qu’il y a une carte des inégalités sociales qui marque une sous-vaccination dans un département où 30 % des habitants n’ont pas de médecin traitant », insiste Stéphane Peu. La Défenseure des droits Claire Hédon a soulevé dix points d’alerte à propos de l’extension du pass sanitaire, dans un document publié le 20 juillet. Parmi ses préoccupations : « les personnes en situation de pauvreté pourraient être doublement victimes ».

« La carte des plus faibles vaccinations recoupe celle de la pauvreté, de la fracture numérique, de l’accès aux services publics. Les nouvelles mesures comportent ainsi le risque d’être à la fois plus dures pour les publics précaires et d’engendrer ou accroître de nouvelles inégalités », souligne Claire Hédon qui s’interroge « sur les moyens supplémentaires qui seront mis en place pour toucher les personnes en situation de pauvreté ».

Lundi, l’Ordre des médecins s’est inquiété que le pass sanitaire ne prive « pas des patients de soins ». « Le pass sanitaire est une obligation vaccinale déguisée, discriminant les non vaccinés », a estimé mercredi l’organisation Médecins du Monde qui a rappelé dans un communiqué que les publics qu’elle accompagne, « depuis longtemps exclus du soin, vont subir de plein fouet ces mesures discriminatoires si elles sont appliquées ».

Une étude de la Drees (le service statistique des ministères sanitaires et sociaux) parue en juillet a montré que les personnes pauvres ont trois fois plus de risques de renoncer à des soins que les autres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Nizar Banat, une autre voix de l’opposition palestinienne assassinée

Ce militant des droits humains, qui a perdu la vie alors qu’il était détenu par les forces palestiniennes, dénonçait...

la mosquée d’Allonnes fermée six mois

La préfecture de la Sarthe a ordonné lundi la fermeture pendant six mois de la mosquée d’Allonnes près du Mans...

une victime d’arnaque par « sextorsion » témoigne dans « Complément d’enquête »

Avec le développement des nouvelles technologies et des réseaux sociaux, récupérer des images compromettantes peut sembler un jeu d'enfant...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous