PolitiqueLe coût de la vie étudiante n’a fait qu’augmenter...

Le coût de la vie étudiante n’a fait qu’augmenter sous le mandat Macron, dénonce l’Unef

-

L’enquête annuelle du syndicat étudiant Unef explique que le budget des étudiants est au plus bas depuis les années Sarkozy

Le budget des étudiants a été durement touché par les réformes du gouvernement d’Emmanuel Macron, alors que le coût de la vie étudiante devrait encore augmenter à la rentrée 2021, selon l’enquête annuelle du syndicat Unef publiée dimanche 15 août.

Le syndicat estime à près de 40 euros « l’argent que les étudiant.e.s ont perdu chaque année en aides directes depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron en 2017 », alors que le coût de la vie étudiante a augmenté de plus de 10 % sur la même période. En cause, « près de 41,2 millions d’euros de coupures budgétaires » dans les aides directes aux étudiants entre 2017 et 2019, selon un calcul de l’Unef.

À titre de comparaison, le rapport cite l’impact des deux mandats présidentiels précédents sur le budget des étudiants : +45 euros par étudiant et par an pour celui de Nicolas Sarkozy et +92 euros par an pour celui de François Hollande.

En plus de la baisse des aides directes aux étudiants, l’Unef dénonce également « de multiples attaques sur le montant des APL » (aide personnalisée au logement) en citant la réforme qui s’applique depuis janvier 2021 et qui modifie leur mode de calcul.

Augmentation du coût de la vie

En raison de la crise sanitaire, le gouvernement avait adopté en 2020 des mesures pour lutter contre la précarité étudiante, comme le gel des frais universitaires, reconduit pour la rentrée 2021. L’extension du dispositif des repas à 1 euro aux étudiants non-boursiers, décidée en janvier 2021, sera elle supprimée en septembre.

Pour l’année scolaire 2021-2022, l’Unef prévoit une augmentation moyenne du coût de la vie étudiante de 2,5 % par rapport à 2020, soit 247 euros par an. « Cette hausse résulte notamment de l’augmentation des loyers en province et en banlieue parisienne », explique le rapport.

Le logement reste le premier poste de dépense des étudiants. Pour lutter contre la précarité étudiante, l’Unef demande une réforme du système des bourses pour augmenter leur montant, étendre le nombre des bénéficiaires et intégrer les étudiants étrangers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Pau : au procès d’Hamid Barara, la victime présumée va sur le terrain politique

Benoît Lossier est arrivé sans avocat à l’audience. Mais non sans soutien. Un groupe d’une trentaine de personnes était...

manifestations contre les refoulements de migrants à la frontière

Par SudOuest.fr avec AFPPublié le 17/10/2021 à 17h56Mis à jour le 17/10/2021 à 21h53Quelques milliers de personnes ont manifesté...

les investitures, le casse-tête de la rentrée

C’est une rentrée politique particulière qui s’annonce : la dernière avant le terminus de la présidentielle, la seule obsession désormais...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous