PolitiqueLondres prêt à évacuer… des chiens et des chats...

Londres prêt à évacuer… des chiens et des chats de Kaboul

-

Par SudOuest.fr avec AFP
Publié le 25/08/2021 à 12h08
Mis à jour le 25/08/2021 à 12h09

Au Royaume-Uni, le ministre de la Défense a fait savoir que le pays était prêt à accueillir les animaux rassemblés dans un refuge par un ancien soldat en Afghanistan

Le ministre britannique de la Défense Ben Wallace a annoncé mercredi 25 août qu’il autoriserait l’évacuation aérienne de Kaboul de chiens et chats recueillis dans un refuge par un ex-marine.

Près de 200 chiens et chats

Alors que des milliers d’Afghans tentent désespérément de fuir le pays depuis l’arrivée au pouvoir des talibans, craignant le retour à leurs méthodes répressives, le sujet fait l’objet d’un débat depuis plusieurs jours au Royaume-Uni. « S’il arrive avec ses animaux, nous chercherons un créneau pour son avion », a tweeté Ben Wallace à propos de Paul Farthing, un ancien soldat qui a ouvert un refuge pour chiens et chats à Kaboul et veut à présent en faire sortir quelque 140 chiens et 60 chats ainsi que ses employés afghans et leurs proches.

Now that Pen Farthing’s staff have been cleared to come forward under LOTR I have authorised MOD to facilitate their processing alongside all other eligible personnel at HKIA. At that stage, if he arrives with his animals we will seek a slot for his plane. @DefenceHQ

— Rt. Hon Ben Wallace MP (@BWallaceMP) August 25, 2021

La veille, il avait pourtant affirmé qu’il n’allait pas « donner la priorité aux animaux sur les hommes, femmes et enfants désespérés qui frappent à la porte ». Le ministre « doit démissionner », s’était alors indigné dans la foulée un militant du droit des animaux Dominic Dyer. Mercredi, ce dernier se réjouissait dans un tweet de l’assouplissement de la position du ministre, affirmant qu’il était dû à l’intervention du Premier ministre Boris Johnson.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

un hôtel et espace de coworking sont à venir près de la gare

La ville n’est impliquée dans ce projet...

Crise de la santé : « On nous applaudissait et gardant on n’est plus rien »

La peine du secteur de la santé n’épargne seuil le Lot-et-Garonne où la pénurie de main-d’œuvre infirmière se fait lourdement sentir. On a discuté avec différents professionnels, achevé d’espoir ou déjà désabusés.

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous