Politiqueun physicien détenu pour trahison s’inquiète de la multiplication des...

un physicien détenu pour trahison s’inquiète de la multiplication des arrestations d’universitaires

-

Un physicien russe, détenu pour « trahison », a dénoncé mardi les poursuites visant « d’éminents scientifiques » pour des accusations controversées d’espionnage au profit de puissances étrangères, qui se sont multipliées en Russie ces dernières années.

Ces affaires sapent la coopération internationale et « décapitent les instituts, provoquant une fuite réelle de jeunes cerveaux et des spécialistes qualifiés, qui ne veulent pas se retrouver en prison », écrit Valeri Goloubkine, 69 ans, dans une lettre ouverte.

Valeri Goloubkine, arrêté en avril, est enseignant en aérohydrodynamique des grandes vitesses à l’Institut de physique et de technologie de Moscou (MFTI) et employé de l’institut spécialisé dans ces technologies TsAGI.

Plusieurs arrestations

Selon son avocat, il n’a participé qu’à des projets de « coopération internationale classique » et n’a commis aucune trahison.

« De plus en plus de scientifiques refusent des partenariats internationaux […] ce qui cause un dommage réel à la sécurité du pays, entre autres », poursuit le physicien.

Un autre employé du TsAGI, Anatoli Goubanov, a également été arrêté en décembre, accusé d’avoir transmis des informations classifiées aux services de renseignement d’un pays européen.

Tous deux ont participé notamment à un projet international destiné à créer un avion passager à grande vitesse.

Procès pour espionnage

Les procès pour espionnage ou haute trahison, toujours tenus à huis clos et dont les détails sont secrets, se sont multipliés ces dernières années en Russie, les autorités affirmant régulièrement déjouer des complots ou des opérations des Occidentaux.

En août, un scientifique à la tête d’un institut de recherche spécialisé dans les technologies hypersoniques a été arrêté, accusé d’avoir transmis à un « citoyen étranger » des « informations secrètes » liées à ses recherches.

Une autre affaire d’espionnage controversée implique l’ex-journaliste Ivan Safronov, spécialisé dans les questions de défense, qui clame son innocence.

Dans un article paru en juillet, il a dénoncé l’arbitraire des services de sécurité et de la justice qui cautionne ces affaires. Selon M. Safronov, le système répressif est tel que « toute personne ayant eu un contact avec un étranger » peut potentiellement être accusée de « trahison » en Russie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

l’association Du Pays basque aux grandes écoles soutient douze nouveaux boursiers

L’association qui promeut l’accès aux études sélectives pour les jeunes éloignés des métropoles attribue chaque année des bourses à...

des étudiants du Bachelor Ferrandi se mobilisent pour l’Ukraine

Pendant deux jours, dans les cuisines du...

Éditorial : Le « Beauvau », chantier en cours

L’élection présidentielle dans sept petits mois projette son ombre sur les annonces que le président de la République fait...

Paulina Chiziane, une Mozambicaine au panthéon des écrivains lusophones

L’autrice du Parlement conjugal est devenue, mercredi 20 octobre, à 66 ans, la première femme africaine à recevoir le prestigieux prix...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous