Politiquegrandes tensions et fermeté du gouvernement

grandes tensions et fermeté du gouvernement

-

Par SudOuest.fr avec AFP
Publié le 27/01/2022 à 22h45
Mis à jour le 27/01/2022 à 22h47

Les négociations entre industriels et responsables de la grande distribution sont très tendues, jusqu’au blocage

« Très fortes tensions » et pressions « scandaleuses » : le gouvernement appelle jeudi soir distributeurs et industriels à la « responsabilité », promettant une « extrême fermeté » en cas de manquements, alors que les négociations annuelles sur les prix s’enlisent dans un climat délétère inédit.

La tenue jeudi d’un « comité de suivi » des négociations, réunissant représentants des distributeurs, industriels et agriculteurs, a permis d’acter de profonds désaccords allant jusqu’au blocage total des discussions, ont expliqué à la presse les ministres Julien Denormandie (Agriculture et alimentation) et Jean-Baptiste Lemoyne (PME).

« Les tensions se sont très clairement exprimées entre grande distribution et industriels » mais « il n’est pas question de décaler la date de la fin des négociations, qui reste le 1er mars », a déclaré Julien Denormandie.

Ces négociations annuelles, sous l’œil de l’État, visent à assurer une rémunération acceptable aux producteurs et déterminent in fine les prix dans les magasins. « Le gouvernement sera d’une fermeté totale » en cas de non-respect de la loi dite EGalim 2, censée notamment écarter du jeu des négociations la part revenant aux agriculteurs, a-t-il poursuivi.

« Depuis le 1er janvier, nous avons lancé 250 enquêtes avec la DGCCRF (concurrence et répression des fraudes), et nous allons continuer. Il y aura des sanctions. Nous mettons une pression très très très forte dans le tube pour que chacun respecte les règles », a-t-il dit.

Il a en particulier fustigé des comportements « scandaleux » dans la distribution, certaines enseignes tentant d’imposer de manière indue des pénalités logistiques ou menaçant de déréférencer certains produits. Dans un contexte « de hausse des coûts de production et de pression sur le pouvoir d’achat », « le nombre de contrats signés à date est plus faible que d’habitude », a souligné Lemoyne, appelant tous les acteurs à « la responsabilité » et à reprendre « le chemin des négociations dès ce soir, en ayant recours, le cas échéant, au médiateur ».

« Un nouveau comité de suivi sera organisé vers le 20 février, pour maintenir la pression », a ajouté le ministre de l’Agriculture.

Jeudi soir, chacun semblait encore fourbir ses armes : la FEEF qui représente les PME fabriquant des produits de grande consommation, relevait un effet pervers de la loi EGalim 2 : « la non-négociabilité des produits agricoles a entraîné de facto la négociabilité des emballages, de l’énergie, du transport et des salaires » alors que « l’inflation est la plus forte sur ces postes ».

« Il faut sortir impérativement du dogme selon lequel la Grande distribution serait responsable du pouvoir d’achat des Français. Cette logique court-termiste fragilise notre tissu industriel et social », a-t-elle plaidé.

De son côté, la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) a dénoncé des demandes de hausse des industriels de 7 à 8 %, qui « ne correspondent que pour un tiers aux conséquences de l’inflation des matières premières agricoles » et dont certains « refusent de justifier la part non agricole ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

En Tunisie, le pouvoir suspecté d’entrave à la liberté de circulation

Depuis son coup de force constitutionnel le 25 juillet, le président tunisien Kaïs Saïed est devenu détenteur de l’ensemble des...

Les pieds-noirs, cible électorale de la présidentielle en France

Emmanuel Macron s’est à nouveau exprimé sur la question mémorielle de la guerre d’Algérie, rapporte le Guardian. Une rencontre...

Andreescu signe une victoire en trois manches

Au prochain voyage, la joueuse a rendez-vous avec la Suissesse Belinda Bencic, 14e au monde.

un sommet pour prendre « un nouveau départ »

Après une courte...

Accusée de harcèlement, l’ex-secrétaire d’État Nathalie Elimas porte plainte

« Devant l’importance prise par cette affaire, j’ai...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous