International“Alger confidentiel”, la mini-série d’Arte qui hérisse les autorités...

“Alger confidentiel”, la mini-série d’Arte qui hérisse les autorités algériennes

-

La mini-série franco-allemande Alger confidentiel, proposée par Arte, met en scène des militaires algériens impliqués dans des affaires de corruption. Elle dévoile également la forte présence de ces mêmes militaires dans la vie publique de leur pays. Ce qui n’est pas du goût d’Alger.

La première saison de la mini-série Alger confidentiel, réalisée par le Français Frédéric Jardin (Braquo, Engrenages), horripile la presse algérienne officielle. “Le poids de la haine de l’Algérie, de son peuple et de ses institutions légitimes est encore fort dans l’audiovisuel public français”, rapporte le site d’information TSA Algérie, citant un article de l’agence de presse officielle Algérie Presse Service, qui semble voir dans cette fiction une tentative de déstabiliser le pays.

Dans la série, tirée du livre Paix à leurs armes, de l’auteur allemand Oliver Bottini (en français aux éditions Piranha), les faits se déroulent pourtant sous l’ère de l’ancien président Bouteflika. Elle raconte le kidnapping, en Algérie, d’un marchand d’armes allemand et l’enquête qui s’ensuit pour le retrouver. Des flash-back émaillent l’intrigue et mettent en scène les violences de la décennie noire en Algérie, de 1991 à 2001.

Video of JPQkgl9P_1o

Une série bavarde ?

L’agence de presse officielle algérienne estime que la mini-série a “pour objectif de remettre au goût du jour la thèse du ‘qui tue qui ?’”. La série laisserait entendre que les militaires ont aussi commis des meurtres et des assassinats pendant cette décennie noire qui a vu l’Algérie sombrer dans une guerre civile. Quant à ceux qualifiés de “révolutionnaires” dans cette fiction, il s’agirait du mouvement islamiste Rachad, considéré comme l’héritier du Front islamique de salut (FIS), formation politique algérienne militant pour la création d’un État islamique dans les années 1990.

Pour le site d’information Algérie 360, en plus d’agacer les autorités, Alger confidentiel est une série qui “parle trop et ne dit rien”. “Un des éléments qui constituent la trame de la série est le kidnapping d’un vendeur d’armes allemand qui est détenu par un groupe de rebelles en Kabylie. Mais la série ne dit absolument rien sur les revendications de ce groupe, mis à part le renversement du pouvoir”, commente l’article.

Dans un climat de tension avec le Maroc, l’agence de presse officielle algérienne va jusqu’à soupçonner le pays voisin, où une grande partie des scènes ont été tournées, d’avoir cofinancé la production d’Arte et de la chaîne allemande ZDF.

La première saison d’Alger Confidentiel, diffusée le 17 février sur Arte, est disponible jusqu’au 18 mars sur le site web de la chaîne franco-allemande.

Malik Ben Salem

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous