ActualitéBas les masques, certes… mais pour combien de temps...

Bas les masques, certes… mais pour combien de temps ?

-

Deux ans après le premier confinement, le masque n’est plus obligatoire à l’extérieur, comme à l’intérieur. Encore une bataille gagnée contre le virus, mais la guerre n’est pas terminée…

Masques sur le menton, deux amies marquent un petit temps d’arrêt avant d’entrer dans un magasin du boulevard de la République. « C’est vrai qu’on n’a plus besoin de le mettre ! », lance l’une d’elles, visiblement soulagée, mais aussi légèrement perturbée.

Comme un réflexe

Il est vrai que depuis près de deux ans, passer les ficelles de son masque derrière les oreilles en quittant son domicile est devenu un véritable réflexe. Si bien que quelques Agenais continuent de sortir visage masqué dans les rues. « J’ai pris l’habitude, et puis je ne me sens pas spécialement étouffé ou muselé », confie Johann, un jeune homme qui, travaillant avec les enfants, préfère se protéger encore un peu. « On sait que ce n’est pas toujours facile de faire garder le masque aux plus petits, il y a toujours un risque », ajoute-t-il. Pour d’autres, la levée de l’interdiction intervient tout simplement trop tôt et relève de l’incompréhensible. C’est le cas de Martine, une habitante de Colayrac qui garde encore ses distances et remonte son masque pour parler. « Pour moi, ce n’est pas logique de lever toutes ces contraintes alors qu’on nous dit que les chiffres ne sont pas bons. Il faudrait qu’ils nous expliquent… », se méfie-t-elle, sur le parvis de la cathédrale Saint-Caprais. Il est vrai que les données épidémiologiques peuvent laisser craindre une 6e vague due à l’allégement des contraintes et à l’arrivée massive du nouveau variant BA.2. Cette petite musique de fond empêche les Agenais de se sentir pleinement libérés. Certains gardent le masque sous le menton, comme pour ne pas se déshabituer tout de suite, de peur d’un nouveau serrage de vis dans les semaines qui viennent…

Le retour des sourires

Mais malgré cela, qu’il est appréciable de revoir les sourires des personnes venant boire un café, sans pass vaccinal ou passer un moment dans les magasins du centre-ville. Ce simple marqueur nous a tant manqué. Pour Colette, la fin du masque va aussi aller de pair avec la joie de se remaquiller. « Bon là pour le premier jour, je ne l’ai pas fait, mais ça fera plaisir ! », glisse-t-elle. Mais cette Agenaise se dit tout de même prudente, « s’il y a trop de monde, dans la rue ou dans les magasins, je remettrai mon masque de mon plein gré ».

À l’arrivée des beaux jours, ne plus avoir à se poser la question du masque est salutaire, certains se réjouissent à l’idée de ne plus avoir les lunettes de soleil embuées, d’autres espèrent que l’été sera complètement sans masque, mais semblent de pas y croire totalement… Mesure électoraliste ou réelle envie de lâcher du lest, les Agenais savourent ce lundi 14 mars cette petite victoire, comme si elle n’était pas amenée à durer.

L’évolution du virus

Alors que la fin de l’obligation du port du masque à l’intérieur et la fin du pass vaccinal marquent une étape cruciale dans le retour à la « vie d’avant », nombreux sont ceux à redouter un retour de l’épidémie. Ce dimanche, 60 422 cas de contaminations ont été enregistrés ces dernières 24 heures en France, contre 72 443 samedi. Quant aux décès, 29 personnes sont décédées à l’hôpital des suites du Covid-19, selon les chiffres diffusés dimanche soir, contre 52 samedi. Mais quel sera l’impact du relâchement de la vigilance ? Selon l’Institut Pasteur, il devrait y avoir une hausse du nombre de cas, mais « quelle que soit l’ampleur du relâchement des gestes barrières, les chercheurs envisagent un pic de contaminations bien moindre que celui du mois de janvier dernier ». Cependant, une nouvelle donnée pourrait venir changer la donne, à savoir, l’arrivée du variant BA.2. « Je pense que l’on sous-estime en Europe la virulence du nouveau variant BA.2 qui est en train de devenir dominant un peu partout dans le monde », déclare le professeur Antoine Flahaut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Le film “Benedetta”, de Verhoeven, interdit en Russie

Le ministère russe de la Culture a retiré le visa d’exploitation du film de Paul Verhoeven sans en préciser...

En pleine manifestation, Bolsonaro se lance dans un discours “messianique”

Galvanisé par les manifestations de ses supporters, le président brésilien a réitéré ce mardi 7 septembre ses accusations à l’égard...

La boulimie de sport à la télévision a atteint l’“overdose”

Pour attirer toujours plus de public et multiplier les sources de revenus, le sport professionnel alourdit les calendriers. Mais...

« Mon soutien sera complet » à Emmanuel Macron, annonce Édouard Philippe

Par SudOuest.fr avec AFPPublié le 12/09/2021 à 20h30Mis à jour le 12/09/2021 à 20h58Le maire du Havre et ancien...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous