InternationalNeuf choses à savoir quand on parle du travail

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

-

  • Les conditions d’installation
  • Le contexte économique
  • L’environnement éducatif

Fiches pratiques

Pratique. Publié le 17/03/2022 – 09:23 PHOTO wir_sind_klein / Pixabay / CC

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan et revient sur neuf sujets qui font débat en proposant des solutions.

Nos services

Pendant quinze ans, Sathnam Sanghera a écrit toutes les semaines sur le monde du travail dans les pages du Times, à Londres. Il quitte désormais ses fonctions pour se consacrer à l’écriture de la suite de son premier livre, Empireland – How Imperialism Has Shaped Modern Britain [“Empireland – Comment l’impérialisme a donné forme au Royaume-Uni moderne”, inédit en français, 2021]. Dans sa dernière chronique, il fait le bilan de ces années et en profite pour revenir sur neuf oppositions ou arguments courants quand on parle de travail.

  • 1. Télétravail vs travail en présentiel. C’est “une fausse dichotomie”. Les deux ont des avantages et des inconvénients. L’avenir est dans le panachage des deux formules. “Passez cinq jours par semaine à travailler de chez vous et en un clin d’œil vous vous retrouverez à taper la discussion en jogging avec la caissière de chez Aldi pour compenser votre solitude”, écrit Sathnam Sanghera. À l’inverse passer trop de temps au bureau peut avoir des effets délétères. Sathnam Sanghera recommande donc d’avoir un rythme de deux ou trois jours en télétravail et le reste au bureau.
  • 2. Travail manuel vs travail intellectuel. Là encore, l’opposition, pourtant courante, est vaine. Bien sûr, être payé pour être créatif, par exemple, peut avoir l’air d’un luxe. Mais parfois le travail physique permet justement de réfléchir, d’être créatif et de trouver du sens à son activité. “Le travail parfait implique des éléments à la fois intellectuels et physiques.”
  • 3. Savoir ce qu’on veut faire dès l’enfance vs trouver sa voie plus tard. Avoir trouvé sa voie quand on est très jeune est souvent valorisé et dans certains cas, on ne peut qu’admirer la naissance précoce d’une vocation. Mais attention aux orientations trop précoces. “Tellement de gens prennent une décision à 16 ans, qui ne leur conviendra pas à 36 ans. Vous pouvez adorer l’acid-house à l’adolescence, et cela pourrait vous mener vers une carrière formidable, mais vous serez sûrement moins enthousiaste plus tard quand ce choix impliquera de laisser vos trois enfants à 7 heures du matin, un mardi, pour aller faire le DJ dans un entrepôt”, s’amuse Sathnam Sanghera.
  • 4. Devoir réseauter vs ne pas le faire car c’est artificiel. Vous pensez avec effroi aux événements lors desquels vous collectez des cartes de visite qui finissent ensuite au fond d’un tiroir ? Très bien, mais sachez que “travailler son réseau” peut – et doit – se faire beaucoup plus naturellement. Il s’agit de garder le lien avec d’anciens collègues que vous appréciez, les voir pour déjeuner, vous rapprocher de gens que vous admirez dans votre secteur. Bref, avoir des relations sociales finalement assez normales.
  • 5. Ressentir le “syndrome de l’imposteur” vs dénoncer cette imposture. Au lieu de penser au “syndrome de l’imposteur”, dites-vous simplement que vous devez traiter tous les défis qui se présenteront à vous comme nouveaux. Oui, cela peut faire peur, mais c’est normal. Allez au point 9.
  • 6. Croire à la mobilité sociale vs faire le constat que l’ascenseur social est bloqué. La deuxième option ne doit pas empêcher d’y croire tout de même, mais les choses doivent en effet changer. “Nous pourrions révolutionner les chances de mobilité pour les enfants des classes populaires si les entreprises bannissaient entièrement le népotisme”, suggère Sathnam Sanghera.
  • 7. S’intéresser au monde des affaires vs trouver ça ennuyeux. Pas besoin de ne parler que de travail ou d’argent tout le temps, mais “il y a un angle business dans toutes les activités humaines, de l’art à la guerre, et l’ignorer revient à choisir de ne pas comprendre le fonctionnement du monde”.
  • 8. Aimer la vie de bureau vs pas du tout. Il ne s’agit pas de l’aimer ou pas. Attention, Sathnam Sanghera va plus loin encore : “La vie de bureau pourrait sauver la civilisation. Pas besoin de regarder bien loin pour se rendre compte que le monde est en crise : la démocratie est minée par la corruption, les réseaux sociaux sèment la division, la désinformation mène à des morts et des fausses idées en masse. Même les gens appartenant à peu près au même bord politique peuvent se détruire mutuellement à cause de sujets comme la race et le genre. Dieu merci, nous avons le monde du travail, où nous sommes obligés, sous la surveillance des ressources humaines, de supporter les gens avec qui nous sommes en désaccord. Finalement, le bureau est un havre de civilité.”
  • 9. Avoir peur vs oser. Il faut sans doute faire les deux. Avoir peur signifie que l’échec est possible et que vous êtes vivant. Cette peur, affrontez-la. Au travail ou ailleurs.

Source

Le plus ancien des quotidiens britanniques (1785) et le plus connu à l’étranger appartient depuis 1981 à Rupert Murdoch. Il a longtemps été le journal de référence et la voix de l’establishment. Aujourd’hui, il a un peu perdu de son influence et les

[…]

Lire la suite

Sélection de la rédaction

Nos services

Lire et commenter

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

La Charentaise Lucile Mignon obtient gain de cause contre Georges Tron

Elle est passée comme une ombre dans l’affaire Georges Tron. Cognaçaise d’origine, Lucile Mignon travaillait comme assistante parlementaire du...

Ken Loach dit avoir été exclu du Parti travailliste

Ken Loach a annoncé avoir été exclu du Labour car il ne veut pas « désavouer ceux qui ont déjà...

Ultradroite : qu’est-ce que l’accélérationnisme ?

Ce mouvement d’ultradroite veut créer le chaos pour ensuite l’utiliser quitte à mener des actions terroristes ...

L’avertissement de l’interdiction de transfert de Leeds United émerge alors que le club transpire sur la décision judiciaire

Ce n'était pas le début parfait du règne de Jesse Marsch en tant que manager de Leeds United, malgré...

Pour le nouvel an lunaire, des Chinois payent un festin à leur toutou

Influencés par les réseaux sociaux, un grand nombre de jeunes Chinois dorlotent à l’excès leurs animaux de compagnie. Et n’hésitent...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous