InternationalKiev rejette l'ultimatum russe de capituler à Marioupol

Kiev rejette l’ultimatum russe de capituler à Marioupol

-

Le ministère russe de la Défense appelle la ville portuaire ukrainienne assiégée à se rendre lundi à 5 heures du matin, selon les médias d’État russes. Kiev a dans la foulée rejeté la demande russe de reddition. 

“L’inquiétude grandit pour Marioupol alors que les troupes russes semblent bloquées ailleurs” en Ukraine, résume le New York Times.

Le ministère russe de la défense a demandé dimanche 20 mars aux autorités locales de remettre la ville portuaire ukrainienne assiégée aux forces russes avant 5 heures du matin heure locale lundi (4 heures du matin à Paris), selon l’agence de presse russe RIA Novosti, citée par CNN.

Les responsables russes ouvriront lundi des couloirs humanitaires et laisseront les Ukrainiens quitter Marioupol pendant une période de deux heures, de 10 heures à midi, a de son côté indiqué l’agence russe TASS.

Kiev refuse de céder face à Moscou

L’Ukraine a dans la foulée rejeté l’ultimatum de Moscou. “Il n’est pas question de rendre les armes”, a déclaré la vice-première ministre ukrainienne Iryna Vereshchouk, citée par le site d’information Ukraïnska Pravda, comme le rapporte la BBC.

Samedi, le conseil municipal de Marioupol avait accusé la Russie d’emmener illégalement et par la force “plusieurs milliers” d’habitants en Russie, rappelle la chaîne britannique. 

“Alors que la Russie tente de remporter sa première victoire stratégique à Marioupol”, où “d’intenses combats se sont étendus dimanche à tous les quartiers”, “les perspectives de négociations s’assombrissent”, commente le Washington Post.

Zelensky veut négocier directement avec Poutine

Dimanche, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, a dit vouloir négocier directement avec son homologue russe Vladimir Poutine. “Je suis prêt à négocier avec lui. J’étais prêt ces deux dernières années. Et je pense que sans négociations, nous ne pouvons pas mettre fin à cette guerre”, a déclaré Volodymyr Zelensky à CNN. Le président ukrainien a ajouté que l’échec des pourparlers pourrait signifier que le combat entre les deux pays conduirait à “une troisième guerre mondiale”. 

Volodymyr Zelensky a aussi publié sur Facebook une vidéo que le Kyiv Post qualifie de “patriotique”. “Nous allons gagner, affirme-t-il. Il y aura de nouvelles villes. Il y aura de nouveaux rêves. Il y aura une nouvelle histoire. Il y en aura une, il n’y a aucun doute. Et nous nous souviendrons de ceux que nous avons perdus. Et nous chanterons à nouveau, et nous célébrerons à nouveau.”

Le président ukrainien, qui depuis le centre de Kiev où il est resté retranché multiplie les injonctions à soutenir son pays, a par ailleurs demandé à Israël de “faire un choix” en soutenant concrètement l’Ukraine face à la Russie, lors d’une allocution en visioconférence devant la Knesset dimanche. Mais “Zelensky n’est pas parvenu pas à rallier les députés israéliens à sa cause”, écrit le Jerusalem Post. “Comparer la situation en Ukraine à l’Holocauste n’a pas eu l’effet escompté.” Ces “lourdes comparaisons (…) ont davantage retenu l’attention de son auditoire, qui a critiqué leur caractère inapproprié, que son appel aux armes”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

ça sent le gaz pour Poutine

À partir de ce 1er avril, et ce...

deux suspects en garde à vue

Par Sudouest.fr avec AFPPublié le 27/01/2022 à 17h27Mis à jour le 27/01/2022 à 17h27Samedi 22 janvier, le député LREM...

Lot-et-Garonne : Airbus peaufine son recrutement dans un lycée d’Agen

En milieu de semaine dernière, la société Airbus est venue à la rencontre quelques élèves de BTS du lycée Jean-Baptiste De Baudre. Une manière pour un unader de l'aéronautique d'intensifier son recrutement. 

Libourne : les futurs bacheliers cherchent leur voie

Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), BTS, DUT, filières universitaires… Entre mardi et mercredi, une cinquantaine de formations post-bac...

ces États-Unis peuvent vivre sans accord sur ce nucléaire iranien, mais est-ce ce cas d’Israël ?

Israël a convaincu un Cosmos du potentiel catastrophique d’un armement nucléaire de l’Iran, mais rejette toutes uns propositions visant à écarter ce danger, analyse Alon Pinkas dans “Ha’Aretz”.

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous