PolitiqueGeorges Tron libéré sous bracelet électronique, selon son avocat

Georges Tron libéré sous bracelet électronique, selon son avocat

-

L’ancien maire de Draveil (Essonne) et son ex-adjointe à la Culture, Brigitte Gruel, avaient été reconnus coupables d’avoir imposé des attouchements et pénétrations digitales en novembre 2009 et janvier 2010 à une employée municipale, Virginie Ettel, sous couvert de séances de réflexologie plantaire.

Subordination de témoin

Définitivement condamné à une peine de cinq ans de prison dont deux avec sursis après le rejet de son pourvoi en cassation, l’ex-secrétaire d’Etat avait indiqué en décembre son intention de saisir la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH). Dans son arrêt, la Cour de cassation avait estimé que la cour d’assises avait bien « caractérisé » les différents éléments « constitutifs des infractions dont elle a déclaré l’accusé coupable », ce que contestait Georges Tron.

« Il habite Draveil, c’est bien normal qu’il soit vu dans les rues de sa ville », a commenté mercredi l’actuel maire de Draveil, Richard Privat, très proche et ancien premier adjoint de Georges Tron. « Sa libération est de droit, c’est la justice qui parle mais on est inquiet de la place qu’il va prendre dans la majorité », a déclaré François Damerval, élu (EELV) dans l’opposition. Aujourd’hui, Georges Tron n’est plus conseiller municipal ni communautaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

le Parti socialiste landais lance la campagne d’Anne Hidalgo

« Cela pourrait apparaître étrange de l’extérieur, mais dans les Landes, nous sommes attachés au socialisme et à la loyauté....

Berlin vote en faveur de l’expropriation des gros promoteurs

Les Berlinois ont décidé, le dimanche 26 septembre, à 56,4 % de communaliser les logements des plus grandes sociétés immobilières. Un...

Le personnel quitte Leeds en exode massif, Bielsa se prépare pour la dernière réunion de lundi

C'est selon Victor Orta, directeur du football du club, qui est convaincu que son équipe sera en sécurité tout...

la Ville de Bruges (33) réclame près de 7 millions d’euros

Tout au long des onze ans d’instruction de l’affaire Seurot, la Ville de Bruges (dont Bernard Seurot était maire),...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous