PolitiqueLa chronique du médiateur : campagne et radicalisation

La chronique du médiateur : campagne et radicalisation

-

Fort heureusement, ce ne sont pas la majorité des contributions envoyées par les lecteurs, mais à l’approche du vote, celles-ci se font plus nombreuses. Dans cette dernière ligne droite, les hommes et les femmes qui se présentent devant les Français deviennent alors des cibles.

Même dans le cadre d’une rubrique dédiée aux réflexions de ses lecteurs, un journal peut-il – doit-il – publier des écrits qui constituent des appels à voter ou à rejeter telle ou tel, en prenant appui sur des considérations subjectives ? Et quelle position doit-il avoir lorsque la plupart de ces courriers se ressemblent en tout point car reposant sur les mêmes raisonnements et les mêmes ressentis ? Faut-il également publier in extenso ceux reprenant, à la virgule près, les déclarations des candidats sans que transpire une réflexion personnelle de l’auteur ?

« Sud Ouest » a décidé d’appliquer au « Courrier des lecteurs » la même modération et le même respect des équilibres que s’impose la rédaction à l’approche de la présidentielle

Les textes insérés chaque semaine montrent que toutes les réflexions ont leur place dans l’édition papier ou sur le site numérique de « Sud Ouest » dès lors qu’elles respectent les critères de la charte éditoriale et éthique du journal.

Pour autant, à quelques jours du choix des citoyens, et comme à chaque élection, « Sud Ouest » a décidé d’appliquer à cette rubrique la même modération et le même respect des équilibres que s’impose la rédaction du journal. C’est ainsi qu’il n’y aura pas samedi et dimanche, sur tous les supports de « Sud Ouest », de publications pouvant s’apparenter à de véritables tribunes libres.

Certes, comme il a déjà été dit dans cette chronique, et contrairement à l’audiovisuel, la presse écrite n’est pas tenue de respecter la parité, c’est-à-dire d’accorder aux candidates et candidats le même nombre d’articles, et le même lignage. Cependant, au nom de l’équité, « Sud Ouest », dans le traitement rédactionnel de la campagne, a donné la parole à tous ceux pour lesquels les Français sont appelés à voter demain. Faisant intégralement partie du contenu du journal, la rubrique du courrier des lecteurs n’avait pas à s’affranchir de cette éthique dans une période aussi sensible.

Dans le même temps et depuis plusieurs semaines, l’adresse mail de la rubrique a été quotidiennement inondée de demandes d’insertions des textes défendant des thèmes forts de la campagne, ce qui revenait, au fond à un appel à voter. Ces textes, exactement identiques, mais aux signatures différentes, constituaient un envoi de masse destinée à de nombreuses rédactions. Aucun d’entre eux n’a été publié.

Cet équilibre entre la volonté de permettre à chaque lecteur la possibilité de s’exprimer en toute indépendance et en toute liberté et celui de ne pas donner l’impression d’adopter une attitude partisane est fragile. Modifier un titre, remplacer un mot par un autre dans un texte, peut donner à l’auteur le sentiment de subir une sorte de censure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

l’équipe de Macron demande les mêmes règles pour tous sur les réseaux sociaux

Dans un courrier à la Commission nationale...

Draghi « fier » des résultats du G20, mais « c’est seulement le début »

Par sudouest.fr avec AFPPublié le 31/10/2021 à 17h39Mis à jour le 31/10/2021 à 17h39Les résultats du sommet se montre...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous