ActualitéLes efforts de la région pour la ligne TER...

Les efforts de la région pour la ligne TER Bordeaux-Agen

-

Le vice-président de la région, en charge des transports, Renaud Lagrave était à Agen ce lundi pour discuter de la ligne 44, qui relie Bordeaux à Agen et transporte chaque jour 4500 voyageurs. 

Renaud Lagrave en est conscient, les changements d’horaires ont causé quelques problèmes aux usagers, d’autant plus qu’ils ont été décrétés très rapidement, sans concertation . « On a été contraints de s’adapter aux changements d’horaires des TGV au mois de décembre », explique le vice-président de la région, en charge des transports. Alors, pour prendre le pouls des Néo-Aquitains qui empruntent régulièrement cette ligne régionale, un comité de ligne s’est tenu, à Agen, ce lundi 11 avril. Le rendez-vous était aussi l’occasion de dresser le bilan de la ligne et d’évoquer les projets d’amélioration prévus. 

Le rendez-vous était visiblement attendu, puisque de nombreux élus de collectivités locales traversées par la ligne 44, de nombreux professionnels et particuliers directement concernés par les changements sur l’axe ferroviaire avaient répondu présents. Parmi eux, un représentant de la cité scolaire Stendhal d’Aiguillon, venu témoigner des difficultés générées par le changement d’horaire, le matin. « Le TER arrivait juste à temps le matin, maintenant, on a des élèves et des professeurs qui arrivent à 8h07… », déplore-t-il. 

Une problématique partagée par de nombreux Lot-et-Garonnais et Girondins. Problème, « le réseau actuel ne peut pas supporter plus de trains », comme l’explique Renaud Lagrave. En effet, l’axe est déjà emprunté par des dessertes TGV, Intercités et fret, le moindre changement entraîne des perturbations en série. Pour pallier cette difficulté, la région a demandé que les abonnés TER puissent voyager sur le réseau Intercités et TGV. 

Encourager le recours au train 

Un abonnement Flex’TER a également été soumis à expérimentation, et semble convaincre. « En gros, plus on prend le train et moins on paye », comme l’explique l’élu régional en charge des transports. Cet abonnement traduit « la volonté intacte » de la région Nouvelle-Aquitaine d’encourager les voyages en train. Pour cela, elle mettra, cette année encore, la main au portefeuille, pour offrir, toujours plus de confort aux usagers. 

« La région va consacrer 3 millions d’euros à l’aménagement de pôles multimodaux », annonce Renaud Lagrave, et Agen en bénéficiera, puisque les menuiseries seront changées et la halle sera refaite à l’horizon 2023. Des emplacements pour vélos pourraient également être rajoutés car, la région le sait, « de plus en plus de voyageurs font le dernier kilomètre à vélo ». Pour eux, plus de trains vont être équipés d’espaces dédiés. Dans cette même démarche environnementale, le réseau TER néoaquitain s’est engagé dans le programme Neo Terra, un programme ambitieux de réduction du diesel sur ses lignes. « Nous allons déployer les trains à batterie d’ici 2024, avec des premiers tests en 2023, puis des trains fonctionnant au biogaz (bio GNV) », annonce Renaud Lagrave. 

La ligne Bordeaux-Agen en chiffres

  • 4500 voyageurs par jour
  • 223 trains par jour du lundi au vendredi
  • 88% de trains à l’heure en 2021 (en dessous de la région : 93,1%)
  • 2% d’irregularités en 2021 (accidents de personne, problèmes avec les autres exploitants, comme le fret, givre, cavité causées par des animaux sous les voies…) « On est très vulnérables à cause des nombreux passages à niveaux », explique Fabien Sutter, le directeur territorial de lignes TER chez SNCF.
  • 2% de trains supprimés en février 2022, à cause de conducteurs malades

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

les États-Unis bannissent le chlorpyrifos

Suspecté de causer des dommages neurologiques, notamment chez les enfants, l’insecticide est désormais interdit par l’Agence de protection de...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous