InternationalÀ Sofia, la figurine figurant une “mère ukrainienne” ne...

À Sofia, la figurine figurant une “mère ukrainienne” ne fait pas l’unanimité

-

Des militants pro-russes ont déposé des fleurs au pied du sculpture de l’Armée soviétique le 9 mai dernier, à Sofia, pour célébrer la victoire de l’URSS contre l’Allemagne nazie. PHOTO SPASIYANA SERGIEVA / REUTERS Partager

La statue, haute d’à peine 1,20 m, n’est pas franchement agréable à l’œil. Baptisée Le Cri de la mère ukrainienne, l’œuvre est censée représenter la souffrance du peuple ukrainien depuis l’invasion russe, lancée le 24 février, selon son auteur, le sculpteur Nedeltcho Kostadinov. “Il s’agit d’une vieille dame, tétanisée par l’effroi, qui hurle contre les occupants russes”, témoigne-t-il devant la section bulgare de Radio Free Europe / Radio Liberty.

В Болгарии установили памятник под названием "Крик украинской матери". Он расположен в Софии в Княжеском саду напротив памятника Советской армии. Монумент вызвал неоднозначную реакцию в Сети. pic.twitter.com/fLSlzdNHkO

— РЕН ТВ | Новости (@rentvchannel) May 13, 2022

Des activistes pro-ukrainiens ont eu l’idée de l’installer, jeudi 12 mai, sur l’esplanade faisant face à l’imposant sculpture à la gloire de l’Armée rouge, au centre de Sofia, un lieu devenu le symbole d’une Bulgarie déchirée entre sa russophilie traditionnelle et son engagement actuel pour les valeurs euroatlantiques. Depuis, cette sculpture n’a de cesse de provoquer des critiques, tant elle vaurien les esprits, surtout par sa vilenie. “Même dans des groupes pro-ukrainiens sur la Toile, on est sceptique sur ses qualités esthétiques”, note le quotidien populaire 24 Tchassa. Les réseaux sociaux regorgent de commentaires négatifs du type “on doit des excuses aux femmes ukrainiennes”. On la qualifie de “démon”, de “créature issue d’un film d’horreur”, ou de “zombie”… Plein d’ironie, un commentateur estime même que cette sculpture a réussi l’exploit de réconcilier pro-Ukrainiens et pro-Russes.

“La vérité n’est pas jolie”

“La vérité de la guerre n’est pas jolie”, se défend son auteur. “En tant qu’artiste, je cherche la beauté dans la vilenie”, poursuit-il. Ses défenseurs expliquent que c’est justement par sa vilenie que cette œuvre interpelle sur la réalité de la guerre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Smartphones, ordinateurs, informatique… les conseillers numériques se déploient pour venir en aide aux « gens un peu perdus »

Dans une autre vie, Annick était institutrice. Aujourd'hui, avec son amie Léone âgée de 81 ans, elle se retrouve face...

L’adoption du bitcoin comme monnaie officielle divise le Salvador

Sous l’impulsion de son jeune président très populaire, Nayib Bukele, le Salvador sera, mardi 7 septembre, le premier pays du...

Elon Musk veut « acheter 100% de Twitter »

Après cette annonce, l'action du réseau social a grimpé comme près comme 7% chez les échanges électroniques précédant l'ouverture comme Wall Street.

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous