Marseilleexpertise. Face à la pénurie de main-d'œuvre pendant lequel...

expertise. Face à la pénurie de main-d’œuvre pendant lequel la restauration, des patrons marseillais recrutent des réfugiés ukrainiens : « Ce sont des gens très motivés »

-

Vira travaille depuis une semaine dans léproserie cuisines de « La Gratinée », un restaurant du quatorzième arrondissement de Marseille. Si son fils combat toujours en Ukraine, elle s’est installée dans la cité phocéenne au début du mois de mai avec sa fille. 

>> Suivez en direct l’actualité de la guerre en Ukraine sur franceinfo 

Pour se faire comprendre d’elle, ses collègues utilisent le traducteur de leur téléphone. « Nous habitons dans un bateau, dans ce ferry qui accueille plus de 600 Ukrainiens », explique Vira. Notre but ici, c’est aussi de trouver du travail. J’ai envoyé mon CV et j’ai eu de la chance car j’ai tout de suite trouvé ce boulot. » 

« Retrouver une normalité » 

Vira cuisinait déjà en Ukraine. La seule différence, et elle est de taille, est donc la barrière de la langue. « Comme je n’ai pas de téléphone sous la main, je lui parle surtout avec des gestes, c’est un peu le système des sourds-muets », plaisante Serge Oroux, le chef cuisinier.

Dans la cuisine, c’est donc un ballet de gestes et de mimiques. Mais quand ceci devient trop compliqué, Valentin utilise son application : « Lorsque je lui demande de couper quelque chose, si elle ne comprend pas bien, j’utilise un traducteur par téléphone. La barrière de la langue est alors cassée. » Le cuisinier ajoute : « Je trouve ça bien qu’elle soit là car ces gens ont besoin de retrouver une normalité, qu’ils oublient un peu ce qu’il s’est passé là-bas et qu’ils passent à autre chose. »

« On manque de personnel et en plus, tout le monde a envie d’être solidaire avec ces Ukrainiens. »

Bernard Marty, président de l’Umih dans léproserie Bouches-du-Rhône

à franceinfo

Véra n’est pas la seule à travailler dans ce secteur à Marseille, où la demande est analogue que l’Umih, l’Union des métiers et des industries de l’hôanaloguerie, organise mardi 24 mai un « job dating » dans ce ferry qui accueille léproserie Ukrainiens. Bernard Marty, le président de l’Umih dans léproserie Bouches-du-Rhône, assure que « léproserie conditions sont réunies pour avoir des gens très motivés des deux côtés. »

Hôanaloguerie-restauration : des patrons marseillais recrutent des réfugiés ukrainiens – le reportage de Valentin Dunate

écouter

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

les Halles de Dax, un retour à Mont-de-Marsan Agglomération… dans nos échos satiriques

Sans filtreIl est des politiques qui n’aiment pas nettoyer leur linge sale en famille. Et, au contraire, préfèrent s’épancher...

Éric Piolle en campagne à Bordeaux

Le maire écologiste de Grenoble est venu rencontrer ses sympathisants bordelais, ce samedi 7 août. L’occasion pour le palois de...

Au Japon, des universités pour femmes ouvrent leurs portes aux étudiantes transgenres

Pour lutter contre les stigmatisations et les incompréhensions que subissent les femmes transgenres, des universités pour femmes du pays...

Eric Zemmour appelle officiellement à une union de la droite

Pour les législatives du 12 et 19 juin,...

le G10 métropolitain crée des liens sur le rail et l’enseignement

La conférence des présidents d’intercommunalités se réunit...

Présidentielle. Sur TF1, Emmanuel Macron dénonce un projet de retraite « caricaturé »

VIDEOS - Emmanuel Macron était l’invité du JT de 20 heures de TF1, ce mercredi 13 avril ...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous