ActualitéAgen, un myosotis pour Marion, Tatiana, Cherazade et tous...

Agen, un myosotis pour Marion, Tatiana, Cherazade et tous les autres…

-

Dans le cadre de la journée internationale des enfants disparus, les bénévoles de la Mouette et sa présidente en tête Annie Gourgue ont distribué dans la rue des myosotis pour ne pas oublier.

Inlassablement, Annie Gourgue et ses fidèles bénévoles de l’association La Mouette ont distribué gratuitement en ce mercredi 25 mai un myosotis adhésif en mémoire de Marion et de tous les enfants à la disparition restée inexpliquée. « Pour ne pas oublier ».

900 disparitions inquiétantes ont été signalées en France en 2021. Annie poursuit son combat au nom de la vérité : « L’enquête sur la disparition de Marion continue, le dossier n’est pas refermé, nous gardons espoir ». Elle souligne que cette journée internationale commémore tous les enfants disparus, même ceux que la guerre en Ukraine a séparés de leurs parents: « Mais Agen garde une trace indélébile du mystère Marion ».

Elle rappelle que Missing Children Europe dont elle fait partie, est mobilisé ainsi que le 116 000 numéro d’appel gratuit pour signaler fugue, enlèvement parental et disparition inquiétante.

Des anonymes marqués par l'émission de W9

Marion plus que jamais, était aujourd'hui dans les esprits dans la rue, suite à la diffusion mardi soir d’une émission qui lui était consacrée sur W9 où l’avocat de la famille Me Catala s’est exprimé et dans de laquelle le père témoigne. Certaines passantes se sont avouées choquées par la suspicion jetée sur la famille, l’hypothèse de la fugue, ou encore l’absence de trace ADN de la fillette. D’autres critiques concernent la gestion de l'affaire par la justice et des anonymes sont remplis de compassion vis-à-vis du désarroi des parents. « Mais à l’époque, l’ADN n’existait pas, rappelle la présidente de la Mouette. Nous nous sommes battues pour que soit créé un fichier ADN qui était lorsque contesté par l’association des Droits de l’Homme. Il faut replacer les choses dans leur contexte, renommée Annie, la fugue était souvent privilégiée et les vérifications sur l’entourage familial font partie de la procédure ». Des jeunes se sont montrés sensibles à la cause de la Mouette. Un album sur les dangers de la rue a été distribué à usage des plus petits, ainsi que des bracelets en plastique sur le principe des bracelets d’hospitalisation sur lesquels on peut inscrire le prénom et le nom de l’enfant avec un numéro de téléphone, à leur faire porter au parc ou sur la plage si d’aventure, l’enfant s’égare.
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

les informations de la nuit

Ouverture de JO : une athlète ouïghoure pour porter la flamme olympique. Les autorités chinoises ont confié vendredi à l’athlète ouïghoure Dinigeer...

le Covid fait sa remontada

Déjà inquiets par leur réservoir d’essence ou...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous