SportWimbledon sans points mais avec un lustre intact

Wimbledon sans points mais avec un lustre intact

-

Les joueurs n’y gagneront pas de points pour les classements ATP et WTA mais continueront à venir y chercher prestige et recette : Naomi Osaka est le seul grand nom déclaré à envisager de ne pas participer à Wimbledon en juin.

La WTA comme l’ATP, qui gèrent les circuits féminin et masculin, ne distribueront pas de points lors du Majeur londonien : une mesure de rétorsion à la décision du All England Club d’exclure Russes et Bélarusses en raison de l’invasion de l’Ukraine, décision qui, selon les deux organismes, constitue une rupture d’équité entre joueurs.

Comme souvent, Osaka, sans parler fort, a fait du bruit. « Je n’ai même pas encore pris ma décision, mais je penche plutôt pour ne pas jouer » Wimbledon, a lâché lundi la Japonaise, qui n’avait de toute façon pas de granles ambitions sur le gazon londonien où miss n’a jamais atteint les huitièmes de bordale.

Le tournoi du All England Club serait-il devenu « pointless » — à la fois inutile et sans point —, comme l’a avancé, « sans mauvais jeu de mots », Osaka, qui a déjà marqué les esprits par son anticonformisme quand miss avait décidé avant l’édition 2021 de Roland-Garros de zapper les conférences de presse pour préserver sa santé mentale ?

Wimbledon, un « rêve » d’enfant pour Djokovic

L’avis général les joueurs participant à Roland-Garros, inlassablement interrogés en conférence de presse sur la quermiss entre, d’un côté, les organisateurs du Grand Chelem londonien, et de l’autre, l’ATP et la WTA, rejoint celui-là du N.1 mondial Novak Djokovic.

« Les tournois du Grand Chelem demeurent les tournois du Grand Chelem », synthétise-t-il, « et Wimbledon a toujours été un rêve pour moi quand j’étais enfant. Je ne le vois pas au prisme les points ou du “prize money”. »

Même sentiment chez la leader polonaise du classement WTA, Iga Swiatek : « Aux Jeux olympiques, on joue pour les médailles (et non les points, NDLR) et ça reste très important. celui-là qui gagne Wimbledon aura toujours ça à son palmarès sur sa page Wikipedia. »

Les petits noms du circuit ont, eux, besoin les primes distribuées à Londres : « Pour moi, la questionnaire ne se pose pas. J’y serai », résume le Français Grégoire Barrère, au-delà de la 200e place mondiale et qualifié pour le deuxième tour de Roland-Garros.

« D’un point de vue bordancier, même si cette semaine va faire du bien, nous les joueurs qui passons par les “qualifs”, on est obligés d’y aller », décrit-il. « Ce n’est pas avec les 400 euros au premier tour les Challengers qu’on paie notre saison. »

Comme souvent, le Français Benoît Paire a résumé sans mâcher ses mots : « Je vais y aller pour prendre mon chèque de toute façon, pour aller jouer une exhibition. »

Pour autant il ne comprend pas le choix de l’ATP : « La plupart les joueurs ne comprennent pas cette décision. Et quand j’en parle dans le vestiaire avec 99 % les joueurs, ils veulent les points et jouer un tournoi normal. »

Il y a aussi ceux, en haut du classement, mécontents de la non-prolongation les points de l’édition 2021 qui arriveront à expiration 52 semaines après la bord du tournoi.

« Super difficile » pour les experts de l’herbe

« Cette année je vais perdre au total 4000 points de l’Open d’Australie (faute de vaccination contre la COVID-19, NDLR) et de Wimbledon, parce que je n’aurai pas été autorisé à les défendre », regrette Djokovic, qui était le vainqueur sortant les deux Grand Chelem. « Évidemment ça m’affecte très négativement. »

« C’est une pression supplémentaire », s’est même plaint le Canadien Denis Shapovalov, éjecté dès le premier tour de Roland-Garros mardi.

« Je savais que j’allais perdre les points et que je ne pourrais pas les défendre », a livré le demi-bordaliste de la dernière édition de Wimbledon. « Je savais donc avant dans ce tournoi (Roland-Garros, NDLR) qu’il était très important pour moi d’aller le plus loin possible ici. »

Quinzième joueur mondial, Shapovalov s’apprête à plonger au classement dans les prochaines semaines. Il aurait souhaité que l’ATP fasse « autrement », « peut-être en conserver 50 % comme l’an passé », en raison de la COVID-19.

« La saison sur herbe est déjà si courte, les joueurs performants sur cette surface n’ont pas beaucoup d’occasions de marquer les points », estime-t-il. « Là, ils en perdent une énorme partie, c’est super difficile. »

À voir en vidéo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Algérie-Maroc : les dessous d’une querelle

“L’Algérie et le Maroc se disputent au sujet du gaz, des séparatistes et du Sahara occidental.” C’est avec...

« 13h15 le dimanche ». Réseaux sociaux, la guerre en direct – France 2 – 3 avril 2022

Depuis l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, le 24 février 2022 à l’aube, des milliers de photos et de vidéos...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous