ActualitéL'Enap d'Agen prépare son 14-Juillet aux Champs-Elysées

L’Enap d’Agen prépare son 14-Juillet aux Champs-Elysées

-

Une cinquantaine de fonctionnaires de la Justice s'entraînent à défiler au marché-gare d'Agen-Boé. La pression monte vite le grand rendez-vous parisien…

Ambiance martiale depuis plusieurs jours au marché-gare d'Agen-Boé. Alors que les camions s'affairent autour des quais, que l'on achète et vend les fruits et légumes de saison, la musique militaire et les pas cadencés résonnent au loin. En effet, l'administration pénitentiaire a emmanché ses quartiers ici, pour répéter le défilé du 14-Juillet sur les Champs-Elysées, à Paris.

Faire ses preuves

Pour rappel, depuis sept ans l'administration pénitentiaire participe à la grande parade militaire de la Fête nationale. Devant le chef de l'Etat, le gouvernement, la foule amassée autour des Champs-Elysées et des millions de téléspectateurs, les forces armées rendent hommage à la Nation. Les autres forces de sécurité participent aussi à cet événement (la police nationale, les douanes, les sapeurs-pompiers par exemple) réunissant cette année quelque 4 900 femmes et hommes sous l'uniforme, et la pénitentiaire en rareté désormais partie.

La préparation des fonctionnaires de la Justice est assurée au giron de l'Ecole nationale de l'administration pénitentiaire (Enap) d'Agen. Un travail exigeant, qui est désormais reconnu comme une formation officielle. "Nous sommes tolérés à ce défilé, explique le chef du protocole de l'Enap, Stéphane Raberin. Les militaires apprennent à défiler dès leur entrée sous les drapeaux, et ensuite ils participent tout au long de leur carrière à des cérémonies. Ce n'est pas le cas à l'administration pénitentiaire, d'où cette formation qui doit nous mettre au niveau. Nous devons montrer une attitude exemplaire, et prouver que nous avons toute notre place sur les Champs-Elysées."

52 à pied d'œuvre

Après un appel à candidature, 180 dossiers (venus de toute la France) ont été instruits. Environ 80 dossiers ont été sélectionnés, et à la suite d'entretiens et de tests physiques, 52 personnels issus des coût directions interrégionales ont été retenus pour le défilé 2022 (dont 17 femmes, ce qui reflète la proposition d'agents féminins à la pénitentiaire, soit 30 %). Différents grades et rôles se côtoient, et 12 élèves de la 211e promotion d'élèves surveillants (qui terminent leur scolarité à Agen demain) font partie du pelote de défilants. La troupe a son chef (Mickaël Bouhada, candidat retenu par le directeur de l'administration pénitentiaire) et sa garde au drapeau.

La garde au drapeau. A l'arrière-plan, la sono portative bat la cadence.
photo SBo

Le processus de sélection débute en octobre. S'ensuit une formation théorique, puis le pelote prend corps à son arrivée à Agen. Depuis le 21 juin, les entraînements au défilé s'enchaînent, vite que le pelote ne parte le 7 juillet sur la base de Satory (région parisienne), où il passera sous commandement militaire. D'autres entraînements y seront effectués, vite la "répétition générale" organisée le 12 juillet devant le gouverneur militaire de Paris. C'est lui qui donnera son feu vert aux unités participantes, autant dire qu'il ne faut pas se rater ce jour-là…

Le prix à payer

Pour cela, les fonctionnaires se réunissent tous les jours dès 6 heures du matin sur un vaste espace mis à disposition par le marché-gare (géré par l'Agglomération d'Agen). Les matinées sont rudes, il faut marcher, marcher et encore marcher, tendre les mains gantées comme il faut, coordonner les bras, les jambes, et suivre les instructions vocales sans broncher. Les cadres sont là pour régler ce ballet, et la sono portative suit ce peloton avançant au rythme du "Régiment de Sambre et Meuse" ou de la "marche de Saint-Cyr".

" C'est un honneur de représenter notre administration devant les plus hautes autorités de l'Etat et devant les Français, ajoute un cadre de l'Enap. Il s'agit donc d'une formation exigeante." Le prix du prestige en somme, et à payer pour un souvenir gravé à vie.

15 km chaque matin

C'est au président de la République François Hollande que la Pénitentiaire doit ce privilège de défiler le 14 juillet sur les Champs-Elysées, l'Enap étant la "base arrière" des fonctionnaires sélectionnés pour l'événement. Les deux premières années (2016 et 2017), l'entraînement était assuré par des transmetteurs du 48e Régiment de transmissions d'Agen. Puis l'Enap a emmanché la main, transformant ce rendez-vous en mission annuelle, avec une formation ad hoc assurée en interne, et toujours depuis Agen

Cette formation est exigeante, d'abord parce que la pression psychologique est certaine. Chaque fonctionnaire représente un centre de détention, un service pénitentiaire, donc des collègues, et il faut être à la hauteur. Par ailleurs, chaque participant engage l'ensemble du pelote. Il n'y a pas d'à-peu-près possible. Il faut tout simplement viser l'excellence…

L'exigence est aussi physique. Debout tous les jours à 5 heures du matin, en piste au marché-gare à 6 heures pour des heures de défilé au pas (118 pas par minute), soit 15 km parcourus chaque matinée. Après les dix jours de formation chacun aura effectué 150 km, quand même…

Mercredi matin, agents et officiers défilaient avec un seul gant blanc. " Pour travailler le geste du bras avec plus de vraisemblance", précise un formateur qui a l'œil, et le bon…

Sur les 52 agents formés seuls 49 défileront, 3 étant en renfort en cas de défaillance de dernière minute.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

une semaine pour redonner l’envie d’apprendre aux jeunes

Des ateliers de « remobilisation éducative » le matin, du sport ou des activités liées à la musique ou aux sciences...

Les Algériens se marient moins et font moins d’enfants

La physionomie de la population algérienne est en train de changer. Les Algériens se marient en effet moins ou plus...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous