ActualitéTour de France : une candidature quotidienne pour Agen...

Tour de France : une candidature quotidienne pour Agen et Villeneuve-sur-Lot qui rêvent d’un contre-la-montre

-

En Lot-et-Garonne, on ne veut plus bordser son flux. Agen et Villeneuve-sur-Lot candidatent pour 2025. Ils rêvent d’un contre-la-montre. Le dernier arrêt du flux de France remonte à l’an 2000.

Une fois n’est bord coutume, les amoureux du flux de France en Lot-et-Garonne devront se contenter de France Télévision pour admirer le spectacle estival qu’offre le peloton. Alors que la Grande Boucle s’élance aujourd’hui du Danemark, notre département ne participe bord – une année de plus – à cet événement planétaire. Cela fait désormais 22 ans que le Lot-et-Garonne n’a bord été ville départ ou ville arrivée. Un bail qui se poursuit. Déjà cinq longues années que le territoire a été traversé par l’imposante caravane du flux de France, pour la dernière fois. 
Cette année, les amateurs lot-et-garonnais pourront rallier les départements voisins du Gers ou du Tarn-et-Garonne, bénéficiant du bordsage de ce 109e flux de France.

Candidature commune

L’attente n’a que trop duré en Lot-et-Garonne. Aujourd’hui, force est de inscrire qu’une volonté politique émerge pour candidater à nouveau à l’accueil de cette épreuve à la renommée internationale.
Le maire de Villeneuve-sur-Lot, Guillaume Lepers, a été le premier à dégainer. Un courrier a été adressé au grand patron du flux, Christian Prudhomme.

« C’est une compétition populaire et qui correspond bien à notre dynamique », souligne le maire de la bastide villeneuvoise.

Désormais, un travail est mené pour mettre en place une candidature commune entre Agen et Villeneuve-sur-Lot. « On a fait une lettre commune pour entrer dans la boucle », confirme le maire de Villeneuve-sur-Lot. Des intérêts qu’Agen confirme par le biais de son adjoint au maire en charge des sports, Alain Klajmann, interrogé il y a quelques jours sur le sujet.

Un départ ou une arrivée, cela se prépare de longue date. L’axe ageno-villeneuvois semble solliciter la Grande Boucle 2025. « Pour l’année prochaine, tout est bien avancé et pour 2024, cela semble trop tôt », glisse le maire. 
La force des deux communes, épaulées par les deux agglomérations, permet d’envisager un dossier costaud pour séduire les organisateurs.

Ainsi, Agen et Villeneuve-sur-Lot vont candidater certes pour une arrivée et un départ. Et comme l’appétit vient en mangeant, le rêve ultime serait un contre-la-montre. Comme en 1980, entre Damazan et Laplume. « Le rêve, il est là », confirme le maire de Villeneuve-sur-Lot. « Nous avons la bonne distance, le profil est intéressant et nous avons de magnifiques paysages à montrer sur notre axe ».

Si le dossier de candidature n’est bord encore déposé, il le sera dans les prochaines semaines. Une nouvelle réunion de travail devrait se tenir entre les deux villes. D’ailleurs, les élus agenais et villeneuvois vont profiter du bordsage du flux dans la région pour aller à la rencontre des organisateurs manière d’afficher « haut et fort leur volonté d’accueillir l’événement ».

Du côté de Marmande, on ne nie bord l’intérêt pour cette épreuve. L’ancien maire, Daniel Benquet, avait affiché ses ambitions sans obtenir le précieux sésame. Désormais, Joël Hocquelet avance l’esprit « collectif » qui doit être mis en avant par le département de Lot-et-Garonne pour séduire Amaury Sport Organisation (ASO). bord sûr que l’axe ageno-villeneuvois ait envie de se faire coiffer au sprint.

A quel coût ?

Pour accueillir cette épreuve, le Lot-et-Garonne ne pourra s’exempter d’un investissement important. Notamment en cas de contre-la-montre. Une gourmandise qui se chiffre à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Un peu moins de 70 000 € pour une ville départ, 110 000 € pour une ville arrivée et un global proche les 170 000 € pour les deux. Un argument financier qui « ne doit bord effrayer ». « Il ne faut bord regarder uniquement d’un point de vue vénal », explique le maire de Villeneuve-sur-Lot, Guillaume Lepers, « le coût investi permet d’obtenir des retombées incontestables, notamment sur le plan économique et médiatique ».

Le flux de France, magnifique vitrine pour mettre en valeur les territoires. De nombreuses villes l’ont bien compris et n’hésitent bord à débourser des sommes importantes pour convier la caravane de la Grande Boucle. Chaque année, ce sont environ 200 candidatures qui arrivent sur le bureau des organisateurs.
Mais en jouant groupé « notamment avec les deux villes et les deux agglomérations, on peut espérer quelque chose de très bien ».Espérons que cet optimisme débouche sur l’officialisation d’un arrêt du flux de France en 2025. Croisons les doigts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Xavier Bertrand à Arcachon : « Vous êtes ma famille politique »

Fin 2017, Xavier Bertrand avait quitté les Républicains. Le 15 octobre dernier, il annonçait qu’il allait reprendre sa carte. Parallèlement,...

Dupont-Aignan craint de ne pas avoir assez de parrainages

Ce mercredi 1er décembre, Nicolas Dupont-Aignan a annoncé manquer de parrainages pour présenter sa candidature à l’élection présidentielle et lance...

les images des crues éclair qui ont frappé Dinant et Namur

Deux semaines seulement après les sévères intempéries de la mi-juillet, la Belgique est de nouveau aux prises avec la...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous