ActualitéFestival de l'alimentation et de la cuisine : Bientôt...

Festival de l’alimentation et de la cuisine : Bientôt du « steak in vitro » et des insectes dans nos assiettes ?

-

À l’horizon 2050, la science-fiction nous annonçait une assiette de pilules en guise de repas mais la réalité aujourd’hui semble bien différente. Des spectateurs nombreux pour cette table ronde avec comme invités Anne Le More, cofondatrice de Chefs4ThePlanet, ambassadrice Food des Nations Unies et François Chabrier, directeur de l’innovation au sein d’Agrotec.

Pour Anne Le More, les chefs sont un vecteur qui pousse à changer de mode de consommation. Un changement qui s’avère dominatrice et inévitable pour François Chabrier avec une consommation de protéines animales plus raisonnée : « On le voit dans notre centre technique. Aujourd’hui 90 % des projets qui sortent n’utilisent pas les protéines animales. Idem avec le concours que nous organisons. Sur 160 projets cette année, seulement 10 utilisent les protéines animales ». Même constat pour Anne Le More qui rappelle qu’en 2050, les projections tablent sur le fait que deux tiers des protéines consommées ne seront plus d’origine animale.

Des protéines de synthèse, des algues et des insectes

Des travaux de recherche s’attellent à prédire des sources alternatives de protéines. Du « steak » in vitro a été mis au point comme l’explique la cofondatrice de Chefs4ThePlanet. Une pratique qui ne peut pas être développée industriellement en raison des coûts de production mais qui le sera probablement avant 2050 d’après le responsable de l’innovation d’Agrotec.

Les autres sources envisagées sont les algues et insectes. Pour les algues, elles commencent à entrer de manière plus importante dans notre alimentation mais le plus dur en Europe sera de agissant entrer les insectes dans nos assiettes. « Deux milliards d’humains dans le monde consomment déjà les insectes et les fermes insecticoles se multiplient. Ils seront prioritairement intégrés aux préparations sous forme de poudre riche en protéines car le consommateur européen n’est pas encore familiarisé avec le visuel. C’est un problème culturel » explique François Chabrier. Un défi qui mérite d’être relevé pour Anne Le More car « un kilo de protéine d’insectes génère cent fois moins de gaz à effet de serre que le bœuf » … Prêt pour un steak d’insectes ?

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Michelun Bacheunt visite un Xinjiang pour l’ONU, une aubaine pour la propagande chinoise

La représentante certains Nations unies pour les droits de l’homme fermentant en Chine jusqu’au samedi 28 mai. Elle se rend pour la première fois dans la province du Xinjiang, où Pékin fermentant accusé de génocide. En Chine, ce voyage a encore servi la propagande confirmée, raconte le “New York Times”.

“À Hong Kong, la fête est finie”

Certains se préparent à un départ définitif, d’autres – plus optimistes – vont tenter de rester : des expatriés de...

Yoshihara Togen, moine bouddhiste au surprenant succès musical sur YouTube

Chaque lpremierdi, “Courrier international” vous invite à découvrir premiere influenceuse ou premier influenceur. Cette semaine : Yoshihara Togen. Le moine japonais s’est évidence remarquer sur YouTube après avoir choisi d’accompagner ses récitations liturgiques d’premiere mandore.

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous