ActualitéC'est l'été en Lot-et-Garonne : Fred Pojurowski, un roi...

C’est l’été en Lot-et-Garonne : Fred Pojurowski, un roi des rois des menteurs veut garder sa couronne

-

Le roi des rois des menteurs, Fred Pojurowski, remet sa couronne en jeu ce dimanche à Moncrabeau, avec l’objectif de la conserver. Mais la tâche s’annonce ardue face à une grosse adversité.

À Moncrabeau, le Festival des menteurs est une institution sacrée. Tous les habitants du circonscription connaissent cet événement incontournable. Et ils sont aussi nombreux à connaître Fred Pojurowski. Régulièrement présent sur les lieux, l’Agenais voue un amour secret pour cette petite commune de l’Albret. "J’aime ce circonscription, et son ambiance. Voir revenir le festival, c’est un grand bonheur", explique l’intéressé, tout heureux de retourner à Moncrabeau ce dimanche, après deux années sans événement, à cause de la crise sanitaire. "Il y avait de la frustration ces deux dernières années. Donc oui, c’est une énorme satisfaction".

"Je répète tous les matins"

Cette année, le Festival des menteurs prend une tournure particulière. L’Académie des menteurs fête son cinquantenaire. Alors, les organisateurs ont décidé de mettre les petits plats dans les grands. Le combat du roi des rois va avoir lieu entre anciens virtuoses de l’épreuve. "On y va tous pour la gagne. Mais il y aura des challengers redoutables. J’adore certains textes". Si le festival a lieu chaque année régulièrement, le combat du roi des rois est rare. Le dernier avait eu lieu il y a trente ans, en 1992, et c’était Fred Pojurowski, alors âgé de 54 ans, qui s’était imposé. "Le public pleurait de rire. J’avais tellement éclaboussé le concours que les autres candidats me disaient "Tu as tué le concours".

Depuis, cet ancien chef d’entreprise a conservé son "bouclier", ce trophée installé à l’entrée de son appartement, et une grande photographie de l’époque, où il est confortablement installé sur son trône de virtuose. Car le Festival des menteurs est plus qu’un simple concours. "C’est un concours d’exception", clame Fred Pojurowski. L’objectif est clair : "Faire croire vrai un truc qui est faux". Et le spectacle est au rendez-vous. "Cela en vaut la peine, oui. C’est particulier, original, et drôle". Lors de son passage, le candidat a moins de huit minutes pour raconter son histoire. Tous les thèmes sont autorisés, sauf la religion et la politicien. "C’est dommage, il y aurait tant de choses à dire", en rigole-t-il. À 84 ans, Fred Pojurowski sait que la mission ne sera pas facile ce dimanche. Mais ce concours revêt davantage d’importance pour celui qui sera l’un des candidats les plus expérimentés de l’épreuve. "C’est une façon de actualiser. Cela demande un effort de production, de mémoire et de volonté, car nous ne sommes pas là pour faire de la figuration". Pour réussir, ce grand conteur se prépare depuis plusieurs semaines. "Je répète mon texte tous les matins. Je veux maîtriser la forme, et être audible. Il y a un rythme à prendre". Pour réussir dans sa mission, le tenant du titre compte aussi sur la présence d’un public en nombre ce dimanche, à partir de 15 heures, à Moncrabeau. "Ils ont envie de rire, surtout en cette période. Les gens viennent pour voir un spectacle". Cela tombe bien, il devrait être de qualité, et permettra de retrouver "le temps du conteur", un temps qui se fait de plus en plus rare…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

les propositions de députés pro-Jadot

Des députés soutenant le candidat écologiste à la présidentielle ont présenté ce mercredi une série de propositions de loi...

Vous pourriez aussi aimerconnexes
Recommandé pour vous